Encore un gros morceau pour Charleroi

L’élaboration du calendrier de la première phase du championnat (14 rencontres face à 7 adversaires) n’a pas vraiment épargné les jeunes du Spirou B de Charleroi. En six journées, toutes synonymes de revers, les hommes d’Anthony Stevens ont en effet affronté cinq fois des teams du top 4. Ils n’ont toujours pas joué Waregem (2-4) et le promu de Neufchâteau (idem). Face à Ypres, le quatrième classé, ils se sont inclinés sur le fil (65-71). À Merebelke, qui rencontre les mêmes difficultés que les Carolos, ces derniers ne se sont inclinés que de quatre unités, laissant ouvert le champ dans l’optique du retour. L’un dans l’autre, rien n’empêche de penser que le Spirou B ne parviendra pas, à terme, à remonter au classement. Ces duels cruciaux auront lieu le 27 novembre (contre Waregem), le 4 décembre (à Neufchâteau), le 11 (contre Merelbeke) puis à la reprise en janvier (le 14 à Waregem et le 22 contre les Luxos). Mais pour l’heure, les difficultés risquent de se poursuivre. Leur déplacement du prochain week-end, avancé à ce mercredi, les verra prendre la direction du Royal IV Bruxelles, l’un des dauphins de l’invaincu Donza De Pinte. À l’aller, les Sambriens n’avaient pas démérité. Craig Adzeh et Milo Hautekeet avaient limité la casse à une vingtaine de points contre les têtes bien connues dans la région que sont le vétéran Boris Penninck (façonné par Bastianini à Gilly et Fleurus), le fils de Tony Marion, Amaury (formé à Fleurus et Lambusart), Fayçal Laït, Sami Demirtas et Raphaël Morini, les deux derniers ayant fait leurs classes à Jumet. Dom.A.

Dominique Anciaux

L’élaboration du calendrier de la première phase du championnat (14 rencontres face à 7 adversaires) n’a pas vraiment épargné les jeunes du Spirou B de Charleroi. En six journées, toutes synonymes de revers, les hommes d’Anthony Stevens ont en effet affronté cinq fois des teams du top 4. Ils n’ont toujours pas joué Waregem (2-4) et le promu de Neufchâteau (idem). Face à Ypres, le quatrième classé, ils se sont inclinés sur le fil (65-71). À Merebelke, qui rencontre les mêmes difficultés que les Carolos, ces derniers ne se sont inclinés que de quatre unités, laissant ouvert le champ dans l’optique du retour. L’un dans l’autre, rien n’empêche de penser que le Spirou B ne parviendra pas, à terme, à remonter au classement. Ces duels cruciaux auront lieu le 27 novembre (contre Waregem), le 4 décembre (à Neufchâteau), le 11 (contre Merelbeke) puis à la reprise en janvier (le 14 à Waregem et le 22 contre les Luxos). Mais pour l’heure, les difficultés risquent de se poursuivre. Leur déplacement du prochain week-end, avancé à ce mercredi, les verra prendre la direction du Royal IV Bruxelles, l’un des dauphins de l’invaincu Donza De Pinte. À l’aller, les Sambriens n’avaient pas démérité. Craig Adzeh et Milo Hautekeet avaient limité la casse à une vingtaine de points contre les têtes bien connues dans la région que sont le vétéran Boris Penninck (façonné par Bastianini à Gilly et Fleurus), le fils de Tony Marion, Amaury (formé à Fleurus et Lambusart), Fayçal Laït, Sami Demirtas et Raphaël Morini, les deux derniers ayant fait leurs classes à Jumet.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.