Les Ladies cherchent à se renforcer

Le score parle de lui-même et il ne fallait pas attendre grand-chose d’autre face à l’ogre du championnat. Les Brabançonnes ont profité de la venue des Spirou Ladies pour revoir leurs gammes en défense. Trop déforcées, sans Hermans (ménisque ?) outre les Mukeba (épaule) et Bottriaux (fracture du bras), les visiteuses ont littéralement été réduites au silence au cours de la première mi-temps. Les filles de Fabien Muylaert ne plantent que deux paniers en première mi-temps. « Nous avons probablement eu trop de respect pour l’adversaire. Mais nous nous attendions à vivre un week-end compliqué, aussi bien en D1 qu’en R1, en raison de toutes nos blessées, constate le coach carolo. Nous avons eu un sursaut d’orgueil dans le troisième quart-temps. Mais dans le quatrième, les joueuses de Frédéric Dusart ont repris leur marche en avant. » Pour l’anecdote, signalons que les Sambriennes perdent la bagatelle de 31 balles. Lorsqu’elles sont parvenues à armer, sous pression maximale, la réussite fut loin d’être au rendez-vous (11 sur 48 soit moins de 23 %). « Au club, tout le monde est conscient que nous devons nous renforcer. Une première piste n’a rien donné. Nous planchons sur d’autres solutions. » Dom.A.

Dominique Anciaux
 Fabien Muylaert est bien conscient que Charleroi doit recruter pour se sauver.
Fabien Muylaert est bien conscient que Charleroi doit recruter pour se sauver. ©ÉdA – Christophe Béka 

29-2, 26-6, 27-16, 28-7