Triste soirée pour le futsal carolo

Vendredi soir, c’était l’incompréhension sur le parquet de la Garenne. Le derby attendu entre le Futsal Team Charleroi et le Futsal Châtelet n’a pas tenu ses promesses. Pire ? Il fut une véritable déception. Pour trouver une explication plausible à cette parodie de futsal – les deux équipes n’ont clairement pas joué le jeu – il faut jeter un œil au classement. Si Charleroi l’emportait contre Châtelet et que Borgloon, en perte de vitesse depuis des mois, perdait contre Hasselt, les Carolos pouvaient décrocher la cinquième place. Et… ? Tout pouvait changer. Châtelet et Charleroi ne s’affronteraient pas au cours des quarts de finale des play-off. Le premier défiera Borgloon, plus faible sur papier. Le second s’attaquerait à Herentals qui ne lui réussit pas. Il y a également le fait de retrouver Gooik sur sa route, plus rapidement que prévu…

 Le derby de vendredi dernier n’était pas susceptible de fidéliser le public carolo.
Le derby de vendredi dernier n’était pas susceptible de fidéliser le public carolo. ©ÉdA – J-Ph. Pickar 
Jérémy Delforge

Clairement, les enjeux ont pris le dessus sur la lettre. Après un bon départ, les deux équipes se sont neutralisées. Mais le plus ennuyeux est la manière. C’était flagrant. Les joueurs ne tiraient pas ou à côté. Ils ne tentaient même pas leur chance dans le but vie. Le public a commencé à huer les acteurs, avant de quitter progressivement la salle. À 10 euros la place, on peut les comprendre. Aldo Troinai, le président du Futsal Team, est même descendu sur le parquet pour réveiller ses hommes. Durant le week-end, il a décidé de prendre des sanctions en remerciant deux membres du staff. Il compte d’ailleurs indemniser le public pour ce pitoyable spectacle… "Je suis gêné , lance le patron du Futsal Team Charleroi. Je me bats pour faire revenir dans gens au futsal. On voulait tous vivre une grande soirée sportive. Je suis vraiment déçu."