Une étape essentielle à Gosselies

C’est un sentiment de soulagement qui prédominait au stade Bardet à l’issue de la victoire sur Stockel. Grâce à un coup de tête du grand Kourouma, les Gosseliens ont engrangé trois points pas encore décisifs dans la course au maintien, mais tout de même essentiels. Pourtant, leurs supporters ont craint le pire au cours d’une première période durant laquelle ils sont apparus paralysés par l’enjeu : « Il y avait du stress parce qu’on ne pouvait pas perdre ce match, avoue le coach Antonio Passalacqua. À la mi-temps, j’ai tenu un discours empreint de motivation. J’ai dit aux joueurs que s’ils parvenaient à se libérer, nous allions sûrement gagner. Cela dit, Stockel est une équipe très intéressante d’un point de vue footbalistique et individuel. C’est dommage qu’elle se retrouve lanterne rouge. Dans cette partie, le premier qui marquait était quasiment assuré de la victoire. » Même si les Casseroles ont connu une grosse frayeur en fin de partie.

Diego Di Risio
 Antonio Passalacqua avoue qu’il y avait du stress dimanche à Gosselies.
Antonio Passalacqua avoue qu’il y avait du stress dimanche à Gosselies. ©ÉdA – Christophe Béka

Avec ce court succès, Gosselies vole la place de barragiste à PàC/Buzet. La RGS compte un point de plus, mais surtout un match en moins. "Bye" lors de la prochaine journée, les Pont-à-Cellois n’ont plus que le derby du 1er mai à disputer, quand les Gosseliens doivent encore jouer à deux reprises: "On a la chance de passer devant eux et de pouvoir faire la différence à Ath lors de notre prochaine rencontre , souligne Antonio Passalacqua. On fera tout pour assurer notre place de barragiste dans deux semaines au Pays Vert. Il faut éviter que le derby contre le PàC soit décisif pour le maintien."