Dumoulin/Schmitz, le couple ultrarapide

Romain et sa compagne Delphine savent désormais ce qu’ils valent sur 10 km, grâce à l’Eau 10 qui reliait Thuin à Landelies.

Geoffroy BRUYR
Dumoulin/Schmitz, le couple ultrarapide
Romain Dumoulin et Delphine Schmitz s’entraînent ensemble dès qu’ils le peuvent. ©ÉdA – 501345520030

On sait les runners avides de chronos de référence. C’est en partant de cela que Paul Timmermans, entraîneur à l’ESM, et Frédéric Dercq, du magasin O2 Max, leur proposent, depuis quelques années maintenant, de se tester sur un circuit de 10 km tout plat. Une course individuelle contre la montre qui permet non seulement de connaître sa vitesse mais aussi, par la même occasion, de préparer ses prochains défis running.

Ce tracé, mesuré à la roue de géomètre, relie Thuin à Landelies, le long de la Sambre, avec des repères tous les kilomètres. Les runners avaient 29 jours, du 22 mars jusqu’à lundi dernier, pour se prêter à l’exercice. Avec la possibilité de s’élancer à plusieurs reprises pour tenter d’améliorer son record. Au préalable, il fallait remplir le formulaire Chronorace et lier son inscription à son compte Strava. Une attestation indiquant son temps officiel sur la distance ainsi qu’une estimation de son temps sur semi-marathon et sur marathon, mais aussi son temps de passage aux fractionnés était téléchargeable ensuite.

Romain Dumoulin et sa compagne Delphine Schmitz sont allés à Landelies le 11 avril. Et, avec des chronos de 31.08 et de 39.46, ils ont signé leur meilleure performance sur la distance. «Même si ça reste des records personnels non officiels, que cela reste purement indicatif, ça motive pour la suite!, avance Romain. Ce n'est pas une de mes distances de prédilection, d'où cette belle surprise à l'arrivée lorsque j'ai regardé mon temps.»

Un chrono hallucinant

Ce chrono restera d'ailleurs le meilleur de tous les participants… jusqu'à samedi dernier: un coureur de Rocroi, Sébastien Espreux, a couru dans le temps hallucinant de 26.35! Celui de Delphine est bel et bien resté le meilleur de toutes les athlètes féminines qui étaient au nombre de 12. «Elle était très motivée car c'est une distance qu'elle travaille spécifiquement. Et je ne doute pas qu'elle passe bientôt sous les 40 minutes! Ce sera bientôt un objectif à atteindre!»

Tous deux ont apprécié se prêter au jeu. «C'est vraiment une bonne chose de proposer ce genre d'événement pour permettre aux coureurs d'avoir des repères autres que l'entraînement.»

Pour tous les runners, descendre sous les 30 minutes sur 10 km est le Graal. «Si je m'en donne les moyens et que j'écoute mon coach, c'est faisable, mais ce sera synonyme de beaucoup de travail physique et mental, pointe Romain. Je crois que Delphine serait contente que je suive le même genre d'entraînement qu'elle un jour!»

Le dernier à s’être prêté à l’exercice est Jean-Pierre Dussart. Le vétéran de l’UAC est allé sur le circuit lundi.

Les plus consultés depuis 24h