Courcelles : «ils savaient pour le coffre»

Le vol avec violence dans l'agence Cigna, le 17 décembre 2004, à Courcelles, a été examiné, hier, par la cour d'assises.

Jean-Luc Henrard

«A u départ, en voyant ces trois hommes avec des cagoules, j'ai cru à une plaisanterie. » Pourtant, en ce début de soirée du 17 décembre 2004, Aurélio Cigna, le patron d'une agence d'assurance de Courcelles, va rapidement comprendre que les trois individus ne sont pas venus pour plaisanter.