Châtelet: pour "lui faire peur", il avait débarqué chez lui avec une tronçonneuse et une masse

Gérald avait sommé l’ex-compagnon de sa compagne de se mettre à genoux et d’avouer qu’il avait peur avec une masse et une tronçonneuse.

L.C.
Châtelet: pour "lui faire peur", il avait débarqué chez lui avec une tronçonneuse et une masse
©Dimid – stock.adobe.com

À entendre les explications fournies par le prévenu, cette scène de menaces était loin d’être une scène effrayante. Au contraire, cela s’apparentait plutôt à une visite de courtoisie, ironisait le parquet.

Le 20 juillet 2020, à Châtelet, Gérald a débarqué au domicile de l'ex de sa compagne de l'époque, "pour lui faire peur". Le tout, en étant armé d'une tronçonneuse et d'une masse, excusez du peu.

Si Gérald a aussi violemment réagi, c'est à cause des échanges SMS entre les ex-compagnons au sujet de la vente d'un bien en commun. Ce qui n'a pas été au goût de Gérald. " Il a vu rouge quand la victime lui a répondu de ne pas se mêler de cette histoire, que ça ne le regardait pas", précisait la substitute Pied.

Durant la scène de menaces, Gérald a sommé la victime de se mettre à genoux face à lui, sous la menace de la masse, pour avouer qu’il avait peur. Le prévenu avait reconnu les préventions à sa charge, sauf le coup de poing porté au menton de la victime. Une peine de 12 mois de prison avait été requise, avec un sursis probatoire.

Finalement, le prévenu s’en sort plutôt bien avec une suspension probatoire du prononcé de 3 ans. Ce dernier devra continuer et mener à terme son suivi psychologique pour respecter sa probation.