Charleroi: dès qu’il est contrarié, il rétorque en menaçant et en harcelant

Cinq personnes, qui auraient sans doute mieux fait de ne pas croiser la route du prévenu, ont subi les foudres de ce dernier.

L. C.
À plusieurs reprises, entre 2021 et 2022, Emmanuel a fait plusieurs victimes.
À plusieurs reprises, entre 2021 et 2022, Emmanuel a fait plusieurs victimes. ©D.R.

Quand le quadragénaire se présente face à la justice ce vendredi matin, il estime ne pas avoir besoin d’un avocat pour l’assister “puisqu’il ne s’agit que de menaces, rien de physique”, confie d’emblée l’homme plutôt bien remonté et qui semble ne pas comprendre ce qu’il fout là. À plusieurs reprises, entre 2021 et 2022, Emmanuel a fait plusieurs victimes : trois ex-compagnes, ainsi que le nouveau compagnon d’une entre elles et l’ami d’une autre ex.

La situation est apaisée, mais

Devant le tribunal correctionnel de Charleroi, Emmanuel ne conteste aucune des préventions reprochées. Oui, il a bien harcelé et menacé la mère de sa fille. “Elle ne voulait pas me montrer ma fille. Ce fut sous le coup de la colère, mais je ne l’ai pas touchée”, se défend-il. Aucune difficulté non plus pour le harcèlement commis sur le compagnon de la mère de sa fille, ni même sur une autre ex-compagne. Tout semble même aller pour le mieux aujourd’hui puisqu’Emmanuel affirme avec joie que la situation avec ces différentes victimes est apaisée. “D’ailleurs, la meilleure preuve c’est qu’elles ne sont pas là face à vous. J’ai même été mangé chez l’une de mes ex ce dimanche. ”

On sent toutefois une pointe de rancœur dès que le harcèlement et les menaces proférées sur une troisième ex-compagne et sur le meilleur ami de cette dernière sont évoqués. “Elle m’a volé et j’ai aussi appris que son ami était en réalité son petit ami. On s’est foutu de ma gueule”, lance Emmanuel en jetant un regard froid sur ces deux dernières victimes, présentes à l’audience, sans oublier de préciser que ces derniers faits ne sont pas regrettés.

Encore dix dossiers ouverts au parquet

À croire Emmanuel, tout serait enfin revenu à la normale depuis 9 mois. Vraiment ? Pour le parquet, ce n’est pas réellement le cas puisque d’autres ennuis judiciaires planent au-dessus de sa tête. “Il y a encore en cours six dossiers de menaces et quatre dossiers de harcèlement, dont certains qui concernent encore certaines des victimes des faits évoqués ce vendredi”, rappelle la substitute Malorgio.

Une peine de 18 mois de prison est requise contre le prévenu. Jugement dans un mois.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...