Assises du Hainaut: le doute des jurés profite à l'accusé, Jean-Yves Verreydt

Jean-Yves Verreydt est coupable de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. La prévention de meurtre n’a pas été retenue. Le Carolo a été condamné à trois ans de prison, assortis du sursis pour ce qui excède 30 mois.

Belga
 La plaidoirie de Me Donatangelo, l’avocat de l’accusé, a fait douter le jury.
La plaidoirie de Me Donatangelo, l’avocat de l’accusé, a fait douter le jury. ©BELGA

Jean-Yves Verreydt était accusé du meurtre de Philippe Alicardo, tué d’un coup de couteau sur la Place de la Perche à Jumet, le 27 novembre 2020, de coups portés à Roland Wuyts et du port d’un couteau.

Le 27 novembre 2020, Jean-Yves Verreydt se rend à la Place de la Perche à Jumet. Le SDF plante sa tente dans un square qui longe le Ravel reliant la place à un supermarché.

À 17h45, une caméra, qui filme le parking du magasin, le capte en train de courir vers un homme, Philippe Alicardo. Il lui tape l’épaule et Philippe réagit en lui portant un coup à la tête avec le sac qu’il tient en mains, contenant une bouteille vide. Jean-Yves est blessé à la bouche.

Les deux hommes, qui ne sont pas les meilleurs amis du monde, se querellent sur le parking, puis dans le magasin, devant témoins.

Une heure plus tard, Philippe Alicardo et Roland Wuyts invectivent Jean-Yves, l’incitant à sortir de sa tente, sous les yeux de deux témoins. Jean-Yves refuse de sortir et demande qu’on lui foute la paix. Toutefois, il sort, profitant que les deux autres bavardent avec deux promeneurs, et part vers la place.

Philippe et Roland suivent Jean-Yves sur la Place de la Perche, où une bagarre éclate. Jean-Yves se trouve entre ses deux adversaires, non armés. Il sort son couteau et menace de les planter. Il fait de grands gestes et la lame de son couteau transperce la gorge de Philippe. La carotide et la veine jugulaire sont sectionnées. Philippe perd beaucoup de sang et meurt.

Jean-Yves Verreydt est inculpé de meurtre le soir-même. Il est renvoyé devant la cour d’assises pour meurtre mais après quatre jours de procès et la plaidoirie de son avocat, Me Donatangelo, les jurés doutent sur l’intention d’homicide, compte tenu de la dynamique de la scène. Ils retiennent les coups volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner.

Les jurés ont été convaincus par Me Donatangelo, retenant l’excuse de provocation. Selon eux, le drame aurait été évité si Philippe et Roland n’étaient pas allés inciter Jean-Yves à se battre, alors qu’il était sous sa tente.

Les jurés et la cour ont estimé que la peine de cinq ans de prison ferme, requise par l’accusation, était trop sévère. Jean-Yves Verreydt est condamné à une peine de trois ans, assortie d’un sursis probatoire pour ce qui excède 30 mois. Détenu préventivement depuis les faits, il devrait sortir rapidement de prison

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...