Charleroi: un homme poussé par l'alcoolsime à voler dans les magasins

L’addiction de Christophe le pousse à dépouiller plusieurs magasins. Vols, recels et grivèlerie sont reprochés au trentenaire.

L.C.
 Le prévenu l’avoue: il a volé, un peu de tout, pour revendre et s’acheter de l’alcool.
Le prévenu l’avoue: il a volé, un peu de tout, pour revendre et s’acheter de l’alcool. ©Photo News 

L’alcoolisme de Christophe l’a amené à commettre plusieurs vols, dans des magasins. Et malheureusement, ce problème d’alcool dans le chef du trentenaire ne semble pas encore réglé alors qu’il comparaît face à la justice carolo.

Entre 2019 et 2021, plusieurs vols et recels sont reprochés à Christophe. L’histoire est tristement classique: Christophe vole divers objets dans plusieurs enseignes de la région (mascara, brosse à dents, bouteilles d’alcool, etc.) afin de les revendre pour s’acheter de l’alcool ou descend directement les bouteilles pour satisfaire son alcoolisme.

Une prise de sang pas du tout bonne

Le 11 septembre 2020, le parquet est convaincu que Christophe a commis une grivèlerie envers un taximan carolo. "Je n’avais pas de moyen de payer parce que la connaissance qui m’a proposé de me raccompagner en taxi m’a abandonné une fois arrivé à destination. Ce n’était pas à moi de payer la course", explique le prévenu qui a changé de version puisque face aux policiers, il n’avait pas parlé de la présence d’une connaissance dans le taxi.

Pour montrer patte blanche, l’avocat de Christophe lui avait suggéré de présenter une prise de sang. Hélas, le constat est sans appel. "Elle n’est pas bonne. Le problème d’alcool est toujours présent ", signale spontanément la défense. Le substitut Bury, qui souhaite qu’une peine "relativement sévère" soit prononcée contre Christophe, requiert douze mois de prison.

La défense sollicite un acquittement au bénéfice du doute pour la grivèlerie, insistant sur l’absence d’intention de ne pas payer la course. Une suspension probatoire est plaidée pour les nombreux vols qui ne sont finalement pas contestés.

Jugement pour le 10 février.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...