Coups, porte cassée et vitre brisée à Couillet : Jimmy risque deux ans de prison

L.C.
Le président de la cour d'assises du Hainaut procède, toute la journée de lundi, à l'interrogatoire des six personnes accusées de torture envers deux personnes vulnérables,
Le prévenu est abonné au tribunal de police pour des faits de roulage, le voici en correctionnelle. ©Photonews

C’est un personnage bien connu des tribunaux de police qui a comparu ce lundi matin face, cette fois-ci, au tribunal correctionnel. À plusieurs reprises, Jimmy a été condamné pour des infractions de roulage, principalement liées à son alcoolisme et à son absence de permis de conduire. Jimmy soit d’ailleurs contraint d’attendre 2047 pour espérer passer les examens du permis !

Si Jimmy a comparu ce lundi matin, c’est pour quatre préventions qui lui ont valu d’écoper d’une peine de 2 ans de prison par défaut, le 17 octobre dernier. Opposition a été formée contre ce jugement.

Le 14 octobre 2019, à Couillet, Jimmy le reconnaît, il a détruit la porte d’entrée d’une habitation. "En la claquant trop fort", précise-t-il.

Le 2 juillet 2020, il aurait été impliqué dans une scène de coups et aurait détruit la vitre d’un commerce à l’aide d’un marteau brise-vitre. Ici, Jimmy conteste. Selon Me Carlucci, Jimmy a été injustement accusé. "Quand il s’est rendu au commerce, une voiture avec cinq individus à son bord s’est arrêtée à sa hauteur. Il a été victime de coups, parce qu’on l’accusait d’avoir brisé la vitre", dit l’avocat de la défense. Pour l’unique prévention reconnue, un sursis probatoire avec une réduction de peine est sollicité.

Mais le substitut Signor juge les explications du prévenu "pas très convaincantes" et demande la confirmation de la condamnation à 2 ans de prison. Jugement le 19 décembre.