Charleroi: les deux jeunes filles avaient vu Albert et leur mère s’ébattre avant d’être tripotées par ce drôle de beau-père

Au lieu des six ans de prison requis par le parquet, Albert écope de 3 ans de prison. Sa compagne de l’époque, elle, est acquittée.

L.C.
Charleroi: les deux jeunes filles avaient vu Albert et leur mère s’ébattre avant d’être tripotées par ce drôle de beau-père
©motortion – stock.adobe.com 

Durant quelques semaines, Albert a partagé une relation sentimentale avec Isabelle. Durant ce très court laps de temps, le prévenu en a profité pour tripoter les deux filles de sa compagne de l’époque. Le 5 janvier 2021, l'’institut médico-pédagogique fréquenté par les deux jeunes filles dépose plainte à la police. Ces dernières, de retour à l’institut après les vacances d’hiver, viennent de confier de "drôles d’anecdotes ".

Via un rapide tour de table, la sœur cadette révèle des épisodes sexuels vécus et observés chez le nouveau compagnon de sa maman. "Elle a dit que ça avait été “moyen, moyen” chez maman. En réalité, les deux victimes ont dormi au domicile du prévenu avec leur maman, ce qui n’était pas prévu. Tout le monde a dormi dans la même chambre, les filles sur des matelas gonflables au pied du lit des adultes, et la plus petite des deux confie avoir vécu des événements étranges chez Albert.", citait Me Lagneaux, tuteur ad hoc des deux sœurs.

La sœur aînée embraye et balance à son tour avoir vu sa mère et son compagnon faire l’amour et que ce dernier l’a touché partout sur le corps, tout comme sur sa petite sœur. Poursuivie pour non-assistance à personne en danger, Isabelle avait confirmé qu’Albert a demandé à l’une de ses filles de les rejoindre dans le lit, "parce que les petites se disputaient ", et avoir entretenu des relations sexuelles avec son compagnon dans la même pièce, en présence des deux mineures. "Je pensais que les petites étaient endormies", précisait-elle avant d’ajouter avoir remarqué la main de sa fille sur le sexe de son compagnon. "Je m’en suis rendu compte et je me suis fâchée sur elle. Mais je n’ai rien vu d’autre, mes filles ne m’ont rien dit sur les agissements d’Albert."

Un sursis octroyé au beau-père

Bien plus tôt, en 2006, Albert était également suspecté d’avoir commis des faits similaires sur sa fille via une plainte déposée par la maman de cette dernière. Au moment de la plainte déposée en 2021, Albert a aussi agi de la sorte avec sa propre petite-fille de 10 ans en prenant une photo d’elle "nue, dans une position lascive, voire érotique sur le lit", et en lui montrant un préservatif gonflé.

Pour ces nombreux actes sexuels, une peine de 6 ans de prison était requise contre Albert et six mois de prison contre Isabelle, suspectée d’avoir fermé les yeux sur les agissements de son compagnon de l’époque. Mardi matin, trois ans de prison (avec sursis) ont été prononcés contre Albert. Isabelle s’en sort avec un acquittement.