Charleroi| « On est en train de tenter de violer ma maman », l’enfant de 12 ans avait appelé la police

Le 16 août dernier, le tribunal correctionnel de Charleroi avait eu l’occasion d’entendre quelques mots d’explication de la part de Maximilien. Condamné à 37 mois de prison par défaut pour de graves faits de viol et d’attentat à la pudeur sur son ex-compagne,

L.C.
Charleroi| « On est en train de tenter de violer ma maman  », l’enfant de 12 ans avait appelé la police
©Brian Jackson – stock.adobe.com 

Maximilien avait décidé de s’opposer au jugement, rendu quelques semaines plus tôt, et de venir, enfin, s’expliquer face à la justice.

À la première comparution, le trentenaire paraissait offusqué des accusations formulées à son encontre. Il niait avoir violé sa victime. "J’ai essayé de l’embrasser et de l’enlacer, oui. Mais il n’y a rien eu. C’est une blague ? Je n’ai rien ouvert du tout, c’est aberrant", lançait l’opposant.

La remise d’un mois, octroyée par le tribunal correctionnel dans ce dossier, avait enfin permis au prévenu de prendre conscience de sa culpabilité. "Effectivement, j’ai forcé les choses. J’ai essayé de la déshabiller et je l’ai violé", confirmait Maximilien. Au moment des faits, l’un des enfants de la victime (âgé de 12 ans) avait appelé la police: "On est en train de tenter de violer ma maman."

Maximilien a également indiqué avoir cessé la consommation d’alcool et de cocaïne, tout seul comme un grand sans aucune aide, et s’être remis en couple avec sa victime.

Le parquet, qui avait requis la confirmation du jugement, n’a pas été suivi par le tribunal correctionnel. La confiance a été octroyée au prévenu, qui s’en sort avec le sursis probatoire sollicité. Le tout, avec deux ans d’emprisonnement.