Charleroi : les déplacements piétons favorisés en centre-ville

Les échevins de la Mobilité et de la Voirie l'affirment: tous les travaux en cours dans le centre de Charleroi gardent les piétons au coeur de leurs préoccupations.

Didier Albin
 L’intra-ring plus que jamais dédié au déplacement doux et pédestre? C’est ce qu’affirment les échevins de la Voirie et de la Mobilité.
L’intra-ring plus que jamais dédié au déplacement doux et pédestre? C’est ce qu’affirment les échevins de la Voirie et de la Mobilité. ©ÉdA – 60212902901 

Des trottoirs défoncés et inondés par temps de pluie, des cheminements impraticables pour les PMR en zones de chantiers, des dalles ou des pavés descellés, des voitures garées à cheval sur les bordures et entravant le passage, des marquages de sécurité au sol effacés ou inexistants, des traversées de route rendues dangereuses par l’absence de feux lumineux ou par l’envahissement anarchique des trottinettes… Sans parler des dépôts d’encombrants aux carrefours: le tableau brossé au conseil communal par le conseiller DéFI Jean-Noël Gillard a des allures d’enfer. Selon lui, le réaménagement de l’espace public a complètement négligé le piéton. "On a pensé aux vélos, aux transports en commun, aux voitures, mais rien n’a été fait pour favoriser la marche." Une affirmation battue en brèche par les échevins en charge de la Mobilité Xavier Desgain et de la Voirie Éric Goffart. Car ils l’ont répété: "Tous les travaux en cours privilégient les déplacements à pied. Remodeling de l’esplanade de la gare, réagencement des quais de Sambre, réinvention du campus de l’UT, rénovation des grands boulevards: ce sont des millions d’euros qui sont en ce moment investis dans l’amélioration et la piétonnisation de l’intra-ring." Dès à présent, les conducteurs qui mettent les piétons en danger font l’objet de sanctions. Selon Desgain, "la Police a dressé en 2021 quelque 5 395 PV d’infraction pour des véhicules mal stationnés, avec perception immédiate." La Ville a aussi mis en œuvre un "plan Trottoirs" inédit d’un montant de 5 millions d’euros sur la mandature, a rappelé Éric Goffart. "La première tranche de ce marché stock a été attribuée, à hauteur de 1,8 million €. Les travaux sont en cours, plusieurs centaines de mètres de cheminements piéton ont été, sont ou vont être remis à neuf à Monceau, Montignies-sur-Sambre, Mont-sur-Marchienne, Gilly, Jumet, etc. Dans un souci de participation, ces projets ont été coconstruits avec les riverains. S’y ajoutent les rénovations de voiries de façade à façade reprises dans le plan Routes."