« On fait salle pleine, mais on est dans le rouge »

Malgré un contrat énergétique fixe, les gérants du « Mine de rien » perdent de l’argent en ouvrant… En cause, la hausse des prix « de tout le reste ».

Jean van Kasteel
 Les deux Hoyas ont fait part de leur désarroi en diffusant une capsule vidéo pour interpeller le gouvernement.
Les deux Hoyas ont fait part de leur désarroi en diffusant une capsule vidéo pour interpeller le gouvernement. ©Mine de Rien (montage)

Les temps sont durs pour tout le monde, on le sait. Mais pour Benjamin et Antoine Hoyas, qui tiennent le restaurant "Mine de rien" à Marcinelle, la situation est critique. Malgré une salle remplie quasi tous les soirs et des clients fidèles, malgré un contrat d’énergie fixe prédatant l’augmentation des prix, leur restaurant est dans le rouge depuis trois mois. "On ne sait pas ce qui se passe. Avec tout qui augmente, on est perdu: nos chiffres de rentrées sont inférieurs aux dépenses", témoigne Antoine Hoyas, qui a réalisé une capsule vidéo avec son frère pour interpeller le gouvernement. Un appel à l’aide. "On est presque complet tous les soirs, il faut réserver tôt pour venir chez nous, mais on ne s’en sort pas."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.