Intrusion dans la carrière à Mont-sur-Marchienne: la dispute vire au bain de sang, deux blessés graves et plusieurs arrestations

Vers 16 h, samedi, il y a eu du grabuge à la carrière Gravlax, à Mont-sur-Marchienne : une cinquantaine de personnes s’y étaient rassemblées malgré l’interdiction.

Frédéric N’Gom
Intrusion dans la carrière à Mont-sur-Marchienne: la dispute vire au bain de sang, deux blessés graves et plusieurs arrestations
©FVH

Pour une raison inconnue, deux personnes faisant partie d’un groupe ont eu une altercation. Le ton est monté. L’un des deux a saisi une bouteille pour la casser et menacer l’autre avec le tesson avant de le frapper à plusieurs reprises.

Le deuxième en a fait de même. Les deux opposants ont quitté tous les deux la carrière pour se retrouver le long du chemin de fer.

Intrusion dans la carrière à Mont-sur-Marchienne: la dispute vire au bain de sang, deux blessés graves et plusieurs arrestations
©FVH

Des témoins ont appelé la police signalant des individus maculés de sang. La rixe s’est poursuivie sur le territoire de Montigny-le-Tilleul jusqu’à ce que l’un des deux hommes s’écroule. L’autre a pris la fuite malgré ses nombreuses blessures pour se cacher derrière le centre pour réfugiés.

Plusieurs policiers de la zone Botha, Trieu et Germinalt sont intervenus de même que la police des chemins de fer. Deux ambulances ainsi que deux SMUR sont descendus sur les lieux.

Lors de leur enquête sur place, les policiers ont interrogé les personnes accompagnant les deux protagonistes mais elles ont refusé toute collaboration prétendant de pas connaître les individus. Pourtant, il s’avère que l’une des femmes était enceinte de l’un des deux, une autre était sa cousine.

Finalement, le fuyard a été interpellé et les policiers ont aussi constaté qu’il était visé par un avis de recherche. Il a été escorté à l’hôpital par la police. Sa compagne enceinte était elle aussi recherchée. Elle a également été interpellée sur-le-champ.

Cette énième rixe s’est rajoutée au ras-le-bol maintes fois exprimé par les riverains. Plusieurs plaintes et pétitions ont déjà été portées à la connaissance de la police et des autorités locales.