Charleroi: déjà condamné 11 fois, il porte des coups à sa compagne

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné jeudi après-midi R.L. à 30 mois de prison ferme.

L.C.

Le prévenu, âgé de 39 ans et détenu à la prison de Jamioulx, était poursuivi pour coups et blessures volontaires sur son ex-compagne, destruction d’un smartphone et menaces sur un mineur de 17 ans dans un bus. Il avait reconnu la scène de coups et blessures et confié ne plus se souvenir des faits commis dans le bus. Le ministère public avait requis une peine de 37 mois de prison à son encontre.

Le 21 février dernier, R.L. avait asséné des coups à son ex-compagne. Cette dernière l’hébergeait chez lui après son expulsion d’une maison d’accueil bruxelloise. Le jour des faits, il a jeté un sandwich contre un meuble et une dispute a éclaté. Il a empoigné la victime, avant de la jeter au sol et de la rouer de coups. "Lors de la même scène, il a détruit un smartphone en sautant dessus" , avait précisé le ministère public.

Le trentenaire avait, par la suite, menacé un mineur âgé de 17 ans, dans un bus. "Le mineur confirme que le prévenu est arrivé dans le bus et s’est assis à côté de lui. Il a sorti un couteau de cuisine de vingt centimètres de long et l’a menacé. ‘‘Si tu fais le malin, je te plante et je ferais la même chose avec le chauffeur de bus’’ . La victime a été logiquement assez choquée et a eu peur pour sa vie."

Une peine de 37 mois de prison avait été requise par le ministère public contre le trentenaire, connu pour 11 condamnations correctionnelles et qui avait déjà obtenu deux sursis probatoires, dont un en novembre dernier. "C’était déjà pour des faits similaires. Il devait, notamment, ne plus entrer en contact avec son ex-compagne. Il a déjà obtenu des mesures de faveur par le passé, mais cela n’a eu aucune influence sur son comportement."

MeSophie Somers, à la défense, avait plaidé une ultime chance pour son client via une peine de travail ou un sursis probatoire.