Un statut Facebook acte la fin de leur relation, il la roue de coups

Le jeune homme a jugé bon d’arracher l’iPhone 13 qu’il avait offert à sa moitié.

L.C.
 « Si je vais en prison, elle en assumera les conséquences et vous verrez de quoi je suis capable quand elle vous appellera sur place.»
« Si je vais en prison, elle en assumera les conséquences et vous verrez de quoi je suis capable quand elle vous appellera sur place.» ©yamonstro – stock.adobe.com 

Quentin admet d’emblée avoir " pété les plombs", le 8 février dernier, en rouant de coups sa compagne. La cause? Une accumulation de plusieurs contrariétés, mais surtout un changement de statut sur Facebook et la fin de la relation avec la victime. " Il a été invité à prendre ses affaires par la victime. Mais il a râlé et l’a frappé à plusieurs reprises. La violence du prévenu a recommencé de plus belle lorsqu’une amie de sa compagne est intervenue sur place", confirme le parquet.

Donner c’est donner, reprendre c’est voler

Au moment des faits, Quentin a arraché l’iPhone 13 offert à sa petite amie. Ce qui constitue un vol avec violence. Bien nerveux à cause de la situation, ce dernier s’est également distingué de la plus mauvaise des manières en menaçant ouvertement la victime. " Si je rentre en prison, cela ne se passera pas comme ça", ou encore, face aux policiers, " Si je vais en prison, elle en assumera les conséquences et vous verrez de quoi je suis capable quand elle vous appellera sur place."

Vu la gravité des faits, du déchaînement de violence et des antécédents judiciaires de Quentin, le substitut Vervaeren a décidé de requérir une peine de 37 mois de prison. Un sursis probatoire est également proposé, pour assurer le besoin d’encadrement du jeune homme.

MeCharles, assurant la défense du prévenu, sollicite également un sursis probatoire en confirmant que son client s’est rendu compte de sa problématique avant d’être arrêté par la police et qu’il a entamé un suivi psychologique pour gérer son impulsivité. Jugement dans trois semaines.