Bagarre à Charleroi: un coup de tesson de bouteilles au visage

À deux reprises, Samir a fait preuve d’un manque de bol en étant impliqué dans une bagarre dans un café carolo.

L.C.
Bagarre à Charleroi: un coup de tesson de bouteilles au visage
Lors de la première bagarre, tout le monde a reçu des coups mais personne n’en a porté… ©Stuart Monk – stock.adobe.com

Dès qu’il se trouve dans un café à Charleroi, Samir semble faire preuve d’une certaine forme de malchance. À deux reprises, il a été impliqué dans une violente rixe, dans deux établissements différents, et blessé au visage à chaque fois.

La première scène a eu lieu le 3 mars 2020, à quelques jours du premier confinement, chez Moustache, rue de France à Charleroi. Sur place, une altercation éclate entre Samir et Mostafa. Qui en est à l’origine et pour quel motif? Ces questions resteront à jamais sans réponse. Ce qui est certain, c’est que les policiers intervenus sur les lieux de la rixe ont constaté des blessures aussi bien sur le visage de Samir que sur celui de Mostafa.

Les deux prévenus se rejettent la faute

Ce vendredi matin, face au tribunal, les deux hommes se rejettent mutuellement la responsabilité des faits. Pour Samir, c'est Mostafa qui l'a agressé. "Il était ivre et il est venu vers moi. Je l'ai repoussé et il m'a donné un coup de tesson de bouteille au visage. Je me tenais le visage et je ne l'ai pas frappé."

Réponse de Mostafa: "Je suis sorti du café pour fumer. Il a commencé à m'agresser verbalement avant de me rouer de coups avec deux amis à lui. Je n'ai pas porté de coups, je n'aurais jamais su."

Le parquet ne fait pas dans la dentelle pour trancher entre les deux versions et accable les deux prévenus. Une peine sévère est requise contre Samir et Mostafa.

Le mauvais cousin

Une seconde scène de coups et blessures est reprochée à Samir sur un certain Khalid, le 13 septembre 2020 dans un autre établissement. Là aussi, Samir dit avoir été victime d’un coup au nez, par l’agresseur. Sauf que l’agresseur incriminé n’est pas la bonne personne désignée par le parquet et présente sur le banc des prévenus à l’audience.

Il s'agirait à la place d'un certain Saïd, reconnu par Samir sur un panel photo et qui n'est autre que le cousin de Khalid. Ce dernier a déjà déposé plusieurs plaintes contre son cousin, pour usurpation d'identité. "Il y a des procédures aux Pays-Bas et en Belgique. Il est en séjour illégal et à chaque fois, il donne l'identité de son cousin", précise l'avocat du mauvais agresseur. Un acquittement devrait donc être logiquement prononcé contre Khalid.

Me Desgain, avocat de Samir, plaide une peine de travail pour la première altercation et un acquittement pour la seconde bagarre avec le mauvais prévenu. Me Anne-France Somers plaide un acquittement pour Mostafa, victime selon elle d’un lynchage.

Jugement prévu le 18 mars.