Broyeurs à métaux: on recrute pour le biomonitoring

Le recrutement des participants au biomonitoring humain mené à proximité de sept broyeurs à métaux wallons va débuter dès février prochain, a indiqué l’Institut scientifique de service public qui a été chargé, en octobre dernier, par le gouvernement wallon, d’organiser l’étude.

Le biomonitoring a pour objectif d’évaluer l’exposition à une série de polluants des riverains de plusieurs broyeurs à métaux wallons alors que ces derniers sont régulièrement pointés du doigt pour la pollution qu’ils engendrent et son impact sur la santé des riverains. En mai dernier, le sujet était revenu au-devant de la scène avec la fermeture du broyeur à métaux de l’entreprise Keyser, à Courcelles. Deux autres broyeurs à métaux, concernés par le biomonitoring, sont situés en région carolorégienne: à Marchienne-au-Pont (Derichebourg) et à Châtelet (Cometsambre).

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...