Livre, théâtre, chansons…

Mis sur pied par le CPAS et le Relais social, «Les Maux de la Rue», c’est ce processus participatif qui inclut la collecte de témoignages auprès des Carolos les plus précarisés et la transmission de cette parole au plus grand nombre.

S.G.

Du côté du Centre Public d’Action sociale, on le rappelle: «Un premier livre a été publié en 2006, qui nous a alors permis d’interpeller le monde politique sur la réalité du terrain». Le Relais social, lui, a toujours compté les espaces de rencontre et de partage dans ses missions premières. C’est là que le processus s’est structuré. Au-delà des velléités cinématographiques de certains, d’autres avaient des envies de poésie et de chansons: ils ont été pris en charge par «Les Fleurs du Bien». Quant à «Créa d’âmes» et «Avanti», ils ont supervisé des créations théâtrales; un autre aspect de ces «Maux de la rue».