Caterpillar: un an plus tard, l’heure est à la reconversion

Le 2 septembre 2016, Caterpillar annonçait 2 000 licenciements dans son usine carolo. Depuis mai, les cellules de reconversion aident ces ex-travailleurs.

Marie-Laure MATHOT

«Cette fermeture, c'est l'occasion d'un nouveau départ.» À 56 ans, Philippe Lenouvel approche de la retraite. Mais plutôt que de prendre sa prépension, il a sauté sur l'occasion de la fermeture de Caterpillar pour se lancer dans une nouvelle vie. Ses 19 années de travail à vérifier les moteurs dans l'usine carolo lui promettent une indemnité qui l'aidera à lancer sa propre entreprise. «Je vais commencer une formation en gestion. Mon projet, c'est de lancer une entreprise de ponts élévateurs pour voiture avec conseil technique. Beaucoup de gens cherchent des endroits où ils peuvent élever leur véhicule afin d'y chipoter. À Charleroi, il y a un créneau à prendre

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...