L'aéroport de Charleroi bloqué par une manifestation de la police ce jeudi matin: des retards mais pas de vols annulés

Les syndicats policiers mènent des actions ce jeudi 9 mars 2023 à Brussels South Charleroi Airport. Les contrôles policiers sont renforcés à l'entrée de l'aéroport, ce qui ralentit fortement le flux des voyageurs. Il est conseillé à ceux-ci de se présenter 3h avant leur vol.

Illustration picture shows a strike of the police personnel at Brussels South Charleroi Airport, in Charleroi, on Friday 23 December 2022. BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK
Illustration - Les contrôles policiers sont renforcés sur le rond-point d’accès aux parkings de l’aéroport, ce qui ralentit fortement le flux des voyageurs.

Comme annoncé jeudi dernier, les syndicats policiers ont mis en place un barrage filtrant sur le rond-point qui mène aux parkings de l’aéroport de Gosselies, expliquent nos confrères de RTL Info. Les policiers laissent passer quelques voitures toutes les 5 minutes après avoir expliqué leurs revendications, ce qui pousse de nombreux voyageurs à continuer leur chemin à pied.

Installé à 6h, ce barrage filtrant devrait se poursuivre jusque 10h, selon RTL Info. Des retards et des reprogrammations de vols sont à craindre et la direction de l’aéroport conseille aux voyageurs de se présenter 3h avant leur vol.

Si plusieurs vols ont accusé des retards jusqu'ici, aucun n'a été annulé, ont confirmé les responsables de l'aéroport.

Pour gérer les embouteillages générés par l'action, la police a mis en place des déviations.

Les syndicats souhaitent "la fin des mensonges et une véritable concertation sociale"

Cette action fait suite au préavis de grève déposé par la CGSP - et soutenu par les trois autres syndicats policiers- le 15 février dernier et qui court jusqu'au 31 mars. Depuis lors, il n'y a pas eu "le moindre geste" de la part des ministres de l'Intérieur Annelies Verlinden et de la Justice Vincent Van Quickenborne, déplore la CGSP.

Il manque actuellement 30 policiers à Brussels South Charleroi Airport (BSCA) et ce chiffre pourrait grimper à plus de 75 d'ici 2025 si on ne fait rien face à la hausse du nombre de passagers attendue, explique Eddy Quaino, mandataire permanent de la CGSP.

Le but de l'action de ce jeudi est de tenter de reprendre les négociations avec le gouvernement, actuellement au point mort. Les syndicats disent souhaiter "la fin des mensonges et une véritable concertation sociale".

Ils demandent notamment un aménagement de fin de carrière pour tous les policiers (congé préalable à la pension) et une "véritable" revalorisation salariale, attendue depuis 22 ans. Ils souhaitent aussi un meilleur financement de la police intégrée afin de permettre d'assurer les missions en toute sécurité et une amélioration de l'attractivité pour augmenter le recrutement de personnel.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...