Incendie sur le terril du Bois du Cazier, 2 hélicoptères en renfort: «1.000 litres par largage, ils se ravitaillent au centre de délassement de Marcinelle»

Le sommet d’un terril du Cazier s’est embrasé, ce mercredi après-midi. L’accès aux véhicules de secours est impossible en raison de la pente et de l’absence de route.

Jean van Kasteel

Un incendie s’est déclaré au sommet d’un terril du Bois du Cazier, à Marcinelle, mercredi vers 14h45. Les pompiers n’ont pas d’accès direct au feu, étant donné l’absence de route. Deux hélicoptères de la police fédérale ont donc été envoyés en renfort, rejoint en soirée par un troisième. «Un des hélicos déverse de l’eau, mille litres par largage, au sommet du terril», explique le porte-parole de la zone de secours, Michel Méan.

Rivaliser d’ingéniosité

Au début, il faisait des allers-retours jusqu’au centre de délassement de Marcinelle, jusqu’à ce que la protection civile crée un bassin de 22000 litres dans un champ, rempli en continu par trois camions-citernes des pompiers - une technique qui a permis de réduire le temps entre les largages de 7 à 3 minutes.

«Pour un deuxième, les hommes du feu remplissent 600 litres dans une bâche, qui est ensuite larguée, puis reposée pour être remplie à nouveau.»

Le troisième hélicoptère coordonne les efforts et surveille l’évolution des flammes.

Mais le feu refuse de se laisser faire: le temps que deux des hélicoptères aillent refaire le plein de kérosène, le feu avait repris à des endroits que les hommes du feu pensaient éteints.

Au sommet du terril, les pompiers à pied n’avaient que peu de moyens d’action: seul leur camion 4x4 a pu monter la pente, et la pression de l’eau serait insuffisante même s’ils montaient des lances jusque là, vu la hauteur du terril.

Avec des fourches spéciales, et des tronçonneuses, les pompiers ont tenté de circoncire les flammes un maximum. Un travail manuel long et épuisant qu’ils ont dû se résoudre à abandonner en soirée, pour ne laisser que les hélicoptères au sommet du terril à combattre l’incendie.

Jean van Kasteel