Guerre en Ukraine: un Carolo d’adoption, «idéaliste», tué sur le front

Vivant entre Lviv et Charleroi, un Belgo-Ukrainien de 27 ans est décédé samedi matin en Ukraine.

La Rédaction de L'Avenir
 Artem Dymyd «n’avait pas peur de mourir», explique son père.
Artem Dymyd «n’avait pas peur de mourir», explique son père. ©Twitter - Olena Halushka

Artem Dymyd, un membre du célèbre bataillon Azov, est décédé samedi matin par un tir d’artillerie russe dans la région de Donetsk.

D’après son père Michel Dymyd, un prêtre orthodoxe né à Charleroi, le corps du jeune soldat (27 ans) a été transféré dans la ville de Lviv, où sa famille est installée.

Une cérémonie d’adieu a eu lieu hier mardi, à Lviv mais aussi à Charleroi, dans l’église où le père Michel est prêtre.

Selon Michel Dymyd, interrogé par RTL-TVI, son fils "connaissait bien Charleroi". "Il était citoyen belge, il avait même un permis de conduire belge, explique-t-il. Il venait de temps en temps rendre visite à sa grand-mère qui continue à habiter à Charleroi."

Sportif confirmé et grand voyageur, Artem Dymyd "était conscient que la mort pouvait le prendre", poursuit son père Michel. "Il n’avait pas peur de mourir. C’était un idéaliste qui voulait combattre pour son pays."