Double meurtre de Goutroux: des condamnations lourdes

Les trois accusés dans l’affaire du double meurtre de Goutroux sont condamnés à la perpétuité pour les deux premiers et à 20 ans de prison pour le troisième.

Belga
 Le jury a largement suivi le réquisitoire de l’avocate générale Isabelle Algoet.
Le jury a largement suivi le réquisitoire de l’avocate générale Isabelle Algoet. ©BELGA

Le collège formé par le jury et la cour d’assises du Hainaut a prononcé, vendredi, de lourdes peines de réclusion criminelle contre les trois Roumains, coupables d’un vol avec violence commis à Goutroux (Charleroi), le 25 avril 2017.

Gheorghita Balan est condamné à une peine de réclusion criminelle à perpétuité. Il a été reconnu coupable d’un vol avec violence et de plusieurs circonstances aggravantes, dont celle des meurtres de Michel Masuy et de Nicole Paternoster. La cour n’a retenu aucune circonstance atténuante.

Marin Filimon est également condamné à une peine de réclusion criminelle à perpétuité.

Aurel Nichiforean est pour sa part condamné à une peine de vingt années de réclusion criminelle. Il a été reconnu coupable d’un vol avec violence, mais acquitté du double meurtre. La cour a estimé que le fait de travailler en prison et de suivre une formation étaient des circonstances atténuantes.

Dans leur motivation, la cour et le jury ont pris en considération l’extrême gravité des faits, la violence exercée devant une enfant âgée de trois ans, tout en rappelant que les victimes ont été agressées chez elles. La cour et le jury ont également souligné la nécessaire protection de la société face à une telle délinquance.

Le 25 avril 2017, Michel Masuy et Nicole Paternoster, retraités, étaient agressés chez eux par deux hommes, Balan et Filimon, sous les yeux de leur petite-fille. Une voiture suspecte avait été aperçue dans le voisinage, la veille et le jour des faits. Il s’agissait d’une Peugeot immatriculée en Bulgarie, conduite le jour des faits par Nichiforean, qui attendait ses comparses.

Très vite, le fils des victimes lança l’alerte via les réseaux sociaux et son message permit de découvrir que des hommes, suspectés d’une tentative de vol à Gozée, en janvier 2017, circulaient avec ce type de véhicule, finalement retrouvé rue Turenne à Charleroi.

Les policiers ont pu mettre la main sur les suspects, qui vivaient tous dans un appartement où une partie du butin fut retrouvée. Des munitions furent aussi découvertes, alors qu’Aurel Nichiforian présentait une carte d’identité roumaine avec une autre identité. L’homme faisait l’objet de deux mandats d’arrêt européens.

Pour le jury, les deux agresseurs étaient animés de l’intention d’homicide, mais pas le chauffeur qui ne pouvait pas savoir que la violence exercée par les deux autres allait provoquer la mort de Nicole et de Michel, décédés respectivement le 5 août 2017 et le 18 octobre 2018. Les autres accusations n’étaient pas contestées.