Quand la solidarité se cultive

L’ASBL Formidable a profité du projet Été solidaire pour embellir le quartier de la cité parc à Marcinelle, afin d’aider tout un chacun.

Jérémy Delforge
Quand la solidarité se cultive
Les jeunes bénévoles de l’opération Été solidaire ont notamment aménagé un jardin partagé. ©J.De.

La cité parc a retrouvé un second souffle, grâce à quatorze jeunes, âgés de 15 à 21 ans, durant la période estivale. L’ASBL Formidable (lire ci-contre) est à l’initiative de ce lifting. Dans le cadre d’un appel à projets Été solidaire, les Marcinellois ont pu profiter du travail de jobistes motivés.

«J'avais l'envie d'aider les habitants de cette partie de la ville», explique Faysal Abarkan, l'homme qui se cache derrière de nombreux élans de solidarité. «Pour cela, j'ai rentré un projet, avec la société de logements sociaux, la Sambrienne, qui avait été accepté. Mais cela n'a pas pu se faire, au niveau des subsides, à cause de quelques modifications de réglementation». Il a alors dû se tourner vers le CPAS ou un service de la Ville. «C'est ce que j'ai fait et on a pu profiter des aides de la Région wallonne.»

Durant deux semaines, les jeunes ont œuvré pour leur quartier. «On a reçu une cinquantaine de candidatures. On a procédé à des entretiens. On cherchait des jeunes qui habitent la région et qui n'avaient pas d'examens de passage. On ne voulait pas être à la base d'un échec scolaire. Il fallait également des gens sérieux. On a trouvé une chouette équipe.»

La première semaine, les jobistes ont surtout déblayé le passage. «Il fallait nettoyer les alentours et les entrées des différents blocs. L'équipe a décidé de s'en occuper. Il y avait de nombreux papiers et autres détritus. Une fois les dépôts d'ordures évacués, on a pu entreprendre la deuxième partie de notre projet. On a œuvré à l'embellissement du quartier. On a également nettoyé les abords de l'école.»

Un jardin pour tous

Durant sept autres jours, les jeunes ont découvert qu'ils pouvaient avoir la main verte. «On a pu développer notre idée de jardin partagé. Pour cela, on a placé différents bacs. Cela va permettre aux gens de la cité de venir y cultiver leurs fruits et légumes. C'est un bon moyen de développer du lien social, tout en effectuant une activité extérieure. Il y a également des parties qui seront réservées aux élèves de l'école. On a aussi conservé quelques bacs pour l'association afin de pouvoir avoir des récoltes dans le but d'aider les plus démunis. Cela nous aidera pour la composition de nos colis et pour la création de nos soupes. Tout ce qui poussera dans notre jardin sera distribué entre les habitants, les sans-abri et les jeunes qui fréquentent l'école du quartier.»

Faysal Abarkan continue à développer son projet fédérateur. «On va revenir avec des membres de l'ASBL pour placer un banc et offrir une zone de confort aux participants.» À travers cette initiative, le partage prend tout son sens.