Des textiles qui font forte impression

À Montignies-sur-Sambre, Printbox se fait une place au soleil dans le domaine de l’impression de textile promotionnel. La PME vient d’investir 200 000€.

Benoît Wattier
Des textiles qui font forte impression
DSC_0828.JPG

L’industrie textile, chasse gardée pour les géants chinois ou, plus près de chez nous, les pays de l’Est? Deux jeunes entrepreneurs s’inscrivent en faux par rapport à cette idée communément admise. Lancée il y a dix ans, Printbox a en effet décidé de défier ceux qu’on présente comme les leaders du marché dans le domaine du textile promotionnel. Et avec leur dernier investissement, ils ne comptent pas en rester là.

L'histoire de la PME, aujourd'hui établie à Montignies-sur-Sambre, remonte au début des années 2000. Denis Hecq, futur ingénieur civil à Louvain-la-Neuve, se lance dans l'impression et la broderie de textiles pour le marché étudiant. La motivation et le succès qui en découle, sont tels que «j'ai eu des difficultés à terminer mes études», confie-t-il. Diplôme en main, Denis Hecq fait de Printbox une véritable entreprise. En 2004, elle s'installe rue de Bomerée, à Mont-sur-Marchienne. C'est à ce moment que Sébastien Croegaert, licencié en sciences po', prend part à l'aventure qui ne fait que réellement commencer.

«Nous avons toujours veillé à n'acheter que ce que nous étions capables de payer», insiste Denis Hecq. Recourant au départ à la sous-traitance, Printbox acquiert du matériel de sérigraphie qui lui permet de maîtriser la chaîne de production de A à Z. Réponse rapide à la demande, compétence et flexibilité ne font qu'accroître le succès de Printbox qui, en 2007, s'installe à Montignies. Aujourd'hui, elle emploie 15 personnes, ouvriers, commerciaux et graphistes, pour un chiffre d'affaires de 2,4 millions€.

Aujourd’hui, Printbox possède quatre carrousels de sérigraphie qui lui permettent de répondre aux commandes en grande série. Elle dispose aussi, depuis peu, d’une machine digitale à jet d’encre pour une impression de grande qualité en moins d’une minute. L’idéal pour les petites commandes et une première wallonne. Au total, Printbox gère 8 000 commandes par an, de quelques pièces à plusieurs milliers.

Ce n’est pas tout. Printbox a passé commande pour un cinquième carrousel automatique d’impression, d’une nouvelle brodeuse, d’une ligne complète de sublimation et d’un atelier de confection qui emploiera deux couturières, ce qui portera le nombre d’employés à 20. Grâce à cet investissement, de 200 000€, Printbox devient le seul atelier 100% belge recourant à toutes les techniques de personnalisation à l’échelle industrielle.

Printbox a aussi racheté le site de vente en ligne de T-shirts humoristiques «à la belge», www.lapatate.be, et compte proposer l’impression à encre à l’eau, plus écologique et de qualité supérieure. Deux pistes qui devraient lui permettre de poursuivre son développement.