L’âme du Martinet reprend vie

La réhabilitation de l’ancien site minier du Martinet a été inaugurée en présence de nombreuses autorités publiques.

Thomas Leodet
L’âme du Martinet reprend vie
MARTINET ©ÉdA 202730513172 – Th.L.

Année 1976. Lorsqu'il apprend qu'une multinationale envisage d'exploiter l'ancien site minier du Martinet, aux carrefours de Roux et Courcelles, un petit comité local se rebelle et s'oppose à l'entreprise. Parmi ce comité, Jacques Coupez ne cessera de manifester son envie de préserver le paysage de sa jeunesse. «Cette société envisageait d'enlever la couverture végétale. Pendant 23 ans, nous nous sommes battus pour que ce site soit classé. En 1999, la Ville de Charleroi en est devenue propriétaire mais l'ancien charbonnage était dans un état pitoyable», raconte Jacques Coupez, président du comité de défense du Quartier du Martinet.

5 millions d’euros

Après 37 ans de lutte pour le maintien de l’environnement, de recherche de partenariats et de subsides, de travaux d’aménagement, le quartier du Martinet commence enfin à voir le bout du tunnel. Samedi, une réception sur le site a rassemblé un public d’inconditionnels du patrimoine, mais aussi bon nombre de politiciens ayant œuvré pour la réhabilitation du Martinet. Autour des représentants carolos, on pouvait croiser le ministre de l’environnement Philippe Henry, l’ancien président du PS et ancien ministre, Philippe Busquin, tous deux sensibles à la démarche du comité de sauvegarde.

«Au total, nous avons reçu 5 millions€ de subsides, ajoute Jacques Coupez. Aujourd'hui, la " salle des pendus " peut accueillir des expositions. Des visites scolaires sont régulièrement organisées car on peut encore y voir les traces de l'ancienne vie du charbonnage. Des finalisations doivent avoir lieu. Tout est prêt pour que le site soit alimenté en électricité. L'égouttage et le passage d'eau ont aussi été travaillés. Des partenaires privés sont prêts à rejoindre le projet mais il faut encore éclaircir certains points d'ordre juridique. Nous espérons recevoir des aides européennes.»

Construction de 50 logements

Un projet d’écoquartier devrait permettre la construction d’une cinquantaine de logements sur une partie du site, lequel compte une superficie de 52 hectares au total. Une autre partie devrait abriter les différentes associations locales œuvrant pour la nature tandis que l’intercommunale Igretec planche déjà sur une zone d’activité économique.

Si on peut aussi envisager des activités culturelles dans le bâtiment principal, pas question pour autant d'y organiser des soirées musicales euphoriques. «Certains sites industriels réhabilités sont le théâtre de rave party. Nous ne souhaitons pas organiser ce genre de soirées au Martinet», précise l'organisation.

Parmi l’assemblée présente à l’inauguration, des défenseurs de l’environnement pensent déjà relier les différents sites miniers de la région autour de balades pédestres. Un nouveau poumon vert reprend donc vie au cœur de l’ex-Pays noir.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...