Les Charlots font Trazegnies

Pour la première fois en 40 ans, un festival s’est tenu en l’honneur des Charlots, le week-end dernier, à l’initiative d’un collectionneur.

Thomas Leodet
Les Charlots font Trazegnies
LES CHARLOTS ©ÉdA – Th.L.

Pour Thierry Hulsbosch, c’est un nouveau rêve qui vient de se concrétiser, le week-end dernier, à l’hôtel de ville de Trazegnies. Après trente ans de collection et une bonne douzaine d’années d’échanges amicaux avec Les Charlots, l’admirateur-collectionneur du célèbre groupe comique français a enfin mis sur pied son festival entièrement dédié à ses idoles.

Autour de différentes projections regroupant quelques films du meilleur cru des icônes comiques des années 70, Thierry Hulsbosch a rassemblé durant ces trois jours plusieurs joyaux de sa collection.

Affiches originales, partitions musicales, photographies d’époque, costumes de scène offerts par les Charlots eux-mêmes, il y avait de quoi faire saliver les fans venus en nombre. En cerise sur le gâteau, ceux-ci ont eu le privilège d’échanger quelques mots avec leurs idoles. Jean Sarrus, Jean-Guy Fechner et Richard Bonnot avaient tenu à faire le déplacement pour les rencontrer.

De nouveaux admirateurs

Ces derniers étaient particulièrement émus par cet enthousiasme mais aussi par le travail entrepris par le collectionneur carolo, aujourd'hui devenu leur ami. «Lorsque j'ai quitté le groupe en 1976, je n'ai plus reçu de témoignages de fans pendant une vingtaine d'années. Au début des années 2000, Thierry m'a contacté et j'ai retrouvé ce frisson d'autrefois. Depuis, je reçois de nouveau des lettres d'admirateurs d'une nouvelle génération», explique Jean-Guy Fechner qui a cédé au collectionneur plusieurs pièces personnelles.

S'il connaissait certains clichés d'affiches argentines, allemandes ou mexicaines, Jean-Guy Fechner a en revanche découvert à travers la collection de Thierry des archives méconnues. «Je n'avais jamais vu d'affiches tchèques, par exemple. Les Charlots ont connu un énorme succès en Europe de l'Est et j'ai été profondément touché par cette jeune femme russe qui a économisé plusieurs mois de salaires pour venir nous voir ce week-end. C'est la première fois en quarante ans et dans le monde entier qu'un festival est organisé pour nous», ajoute l'acteur, les yeux brillants d'émotion.

Un collectionneur discret

Richard Bonnot s'est lui aussi montré heureux de ce bain de foule belge: «Je connaissais bien Rochefort et j'aime énormément le public de Belgique. Thierry est à l'origine de nos retrouvailles et il est parvenu à réunir l'esprit à la fois chansonnier et cinématographique des Charlots», dit-il.

S'il est probablement le «fan n°1» des Charlots, Thierry Hulsbosch se définit plutôt comme un grand admirateur discret et collectionneur de leur univers. «Je suis parvenu à entretenir de bonnes relations sans pour autant les harceler au téléphone. Cette admiration et la distance nécessaire expliquent sans doute notre bonne entente», explique le collectionneur qui a aussi entretenu cette amitié avec feu Gérard Rinaldi, le meneur du groupe.

Après ce premier rendez-vous réussi, le public s’est déjà dit demandeur d’une seconde édition du festival.