Lola Mansour, le parcours d’une sportive retrouvée et d’une femme engagée

Tomber, se relever et avancer à nouveau. Tel est le quotidien d’un sportif de haut niveau. En matière de résilience, le sport n’échappe pas à la règle. On dit que faire face à une désillusion rend plus fort, c’est parfois bien plus que cela. Rencontre avec Lola Mansour.

Gordon De Winter
Lola Mansour, le parcours d’une sportive retrouvée et d’une femme engagée
Après trois ans et demi sans grande compétition, Lola Mansour est déçue du résultat, mais consciente du retour qu’est le sien. ©GDW

Elle l’a fait, Lola Mansour est de retour. La jeune judokate vient de s’illustrer ce jeudi 11 novembre 2021 à l’occasion des championnats de Belgique en décrochant la médaille de bronze.

Le 21 février 2018, la Bruxelloise tombait lourdement sur la tête lors d’un entraînement et voyait ses rêves olympiques s’envoler.

Revenir sur les tatamis, Lola Mansour n’y pensait même plus: "C’était à la veille d’un tournoi important pour me qualifier pour Tokyo. Je suis tombée violemment la tête la première contre le tatami. J’ai ressenti une douleur très vive. Le reste, c’est un total black-out."

La suite, on pourrait l’apparenter à un trou noir. Dix longs mois sans savoir quoi faire ni comment réagir. Abandonnée par sa fédération et en manque de soutien financier pour assumer la continuité de ses études et garder son logement, la jeune femme alors âgée de 24 ans doit alors se trouver un nouveau combat, celui de reprendre le contrôle de sa vie.

Le déclic

Alertée et sensibilisée par rapport au manque d’égalité et aux discriminations subies par les femmes dans l’espace public et le monde du sport, Lola retrouve un objectif de vie en militant pour cette cause.

En 2019, alors à l'arrêt sportif, elle est bouleversée par une rencontre: "J'ai commencé les actions grâce à la rencontre avec la Fondation Laure Nobels, créée par les parents de l'écrivaine Laure Nobels, victime de féminicide à l'âge de 16 ans. C'est une rencontre qui m'a marquée. C'est aussi cette fondation qui a publié mon premier roman, Ceinture blanche."

 L’histoire raconte le rêve d’une jeune fille bien décidée à devenir championne de judo.
L’histoire raconte le rêve d’une jeune fille bien décidée à devenir championne de judo. ©lajudokatequiécrit

C’est aux 20 km de Bruxelles qu’elle décide, en compagnie de plusieurs amies devenues des alliées, de s’immiscer au sein de l’événement sportif phare de la capitale pour y délivrer un message fort: "A Woman, not a target" (Une femme, pas une cible), qui a pour combat de rendre l’espace public plus sécurisant pour les femmes.

Elle y rencontre Jean-François Lenvain, fondateur de Tous à bord et ambassadeur de la Fondation Ladbrokes qui accompagne des sportifs. L’ancien ultramarathonien lui permet de rendre son mouvement connu de tous.

Elle nous raconte cette rencontre qu’elle apparente à une chance, une main tendue au bon moment. C’est un déclic pour la nouvelle Lola en devenir. "Jean-François est le seul à nous avoir aidées avec son club Tous à bord. Il a été touché par le fait que je m’engage de cette façon. En plus de nous permettre de véhiculer notre message, il m’a proposé son aide pour m’accompagner sportivement. Avant de le rencontrer, je ne pensais pas que je refoulerais les tatamis un jour."

 Plusieurs femmes et hommes ainsi que le club Tous à bord ont arboré le message «A Woman, not a target» lors du marathon de Bruxelles en 2019.
Plusieurs femmes et hommes ainsi que le club Tous à bord ont arboré le message «A Woman, not a target» lors du marathon de Bruxelles en 2019. ©awomannotatarget

De retour sur les terrains d’entraînement après une longue et intensive période de revalidation, elle lance en parallèle le mouvement "Balance ton sport" avec Charline Van Snick et le soutien d’autres sportives.

"On a lancé ce mouvement en mars 2021, c’était à la suite de différents échanges entre sportives. Nous avions la sensation que c’était le moment de lancer un cri d’alerte. Notre objectif était de dénoncer toutes les discriminations et violences sexistes que subissent les sportives au quotidien."

Le retour

"Le processus", c’est le terme qu’emploie Jean-François Lenvain pour parler de ce retour sur le devant de la scène sportive.

Une médaille de bronze, synonyme de victoire pour Lola Mansour et son entourage.
Une médaille de bronze, synonyme de victoire pour Lola Mansour et son entourage. ©GDW

"On a créé un staff de gens compétents et motivés autour d’elle. Et on est parti comme ça dans une superbe aventure autour de ce processus de retour. On parle tout de même d’une sportive qui ne savait même pas si elle était capable de faire un footing ou remonter sur un tatami. Et nous sommes arrivés à l’essentiel, Lola est de nouveau une femme debout, engagée et une sportive de haut niveau prête à relever de nouveaux défis", explique-t-il.

L’apothéose

Ce jeudi 11 novembre 2021, la victoire, elle l’a déjà acquise dès son entrée dans le hall omnisports de la Préalle à Herstal.

 Lola Mansour est officiellement de retour sur le devant de la scène. Prochaine destination: Paris 2024.
Lola Mansour est officiellement de retour sur le devant de la scène. Prochaine destination: Paris 2024. ©GDW

Après trois années et demie sans compétition de l’envergure d’un championnat de Belgique, Lola se présente sur le tatami d’un pas confiant.

Un pas qui représente bien ce qu’elle est aujourd’hui, une femme grandie et à nouveau remplie de rêves. Au bout de la journée, une médaille et bien plus que cela.

Une médaille synonyme de victoire

Lola Mansour revient de loin. Après de longues années sans compétition, la judokate bruxelloise est parvenue à décrocher la médaille de bronze aux championnats de Belgique de judo. Retour en images sur cette journée.

Lola Mansour, le parcours d’une sportive retrouvée et d’une femme engagée
©Emmanuel Crooÿ

Gordon De Winter – 24 ans – Binche

J’étudie la communication à la Haute École Louvain en Hainaut (HELHA) de Tournai, option journalisme. Je suis également Gilles de Binche.

Ancien cycliste de haut niveau, j’ai malheureusement été contraint d’arrêter ma carrière à la suite de blessures à répétition.

J’ai dû me réorienter et retrouver une nouvelle voie, un nouvel objectif. Lorsque j’ai appris que la Belgodyssée s’intéressait à la résilience. J’ai évidemment voulu m’y inscrire tant ce sujet me parle.