Des médaillés du judo japonais au dojo du Crossing Schaerbeek (photos et vidéo)

Des médaillés des mondiaux et des JO ont accompagné les judokas du Crossing Schaerbeek lors d’un séminaire. “Un choc des cultures” selon le président du club bruxellois.

La Rédaction de L'Avenir

Le Crossing Schaerbeek compte en ses rangs la star belge du judo : Tomas Nikiforov. De quoi taper dans l’œil des autorités japonaises de la discipline ?

Ces 14 et 15 janvier 2023, une délégation venue de Tokyo a en tout cas foulé le tatami du dojo du quartier Helmet. Les judokas schaerbeekois ont suivi des entraînements donnés par des athlètes venus visiter la Cité des Ânes dans les pas de Toriumi Matagoro, président de la Tokyo Judo Federation et coach des équipes nationales saoudienne et nigériane. On a ainsi pu croiser les kimonos de Misato Nakamura, double médaillée de bronze aux Jeux Olympiques de Pékin puis Rio et triple Championne du monde, de Tatsuo Mochida, policier tokyoïte, coach et vice Champion du monde de judo 1989, ou de Hinako Akiyama, médaillée de bronze dans les championnats toutes catégories du Japon et de Corée.

”Pendant deux jours de séminaires, ils ont partagé leurs connaissances en vue d’améliorer les compétences des jeunes bruxellois et perfectionner les aptitudes de coaching des entraîneurs du Judo Royal Crossing de Schaerbeek”, communique le cabinet de l’échevin des Sports Thomas Eraly.

”Les Japonais ont d’autres approches de ce sport qui seront très enrichissantes pour nos membres et nos coaches”, pointe Alain De Greef, président du Judo Crossing, qui a introduit les vedettes du Soleil Levant à ses ouailles. “Le Japon est un pays à part dans le monde du judo. C’est le berceau de notre sport et leur approche est sans doute plus rigoureuse que celle que nous avons l’habitude de rencontrer en Europe”. Le président sait de quoi il parle : il a déjà visité les dojos japonais. “Pour nos jeunes judokas, ce sera peut-être un choc des cultures tant il y a de différences entre l’approche occidentale et japonaise du judo. Au Japon, les valeurs et le code moral du judo sont transmis dès le plus jeune âge à tous les enfants dès l’école primaire”.

”Nous bénéficions d’un tissu de clubs d’arts martiaux très dynamique”, estime l’échevin des Sports Thomas Eraly. “Après la crise du covid qui a particulièrement impacté l’ensemble des sports de contact, Schaerbeek soutient les initiatives positives d’une véritable institution comme le Judo Crossing dont la qualité du travail est largement reconnue”.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...