L’échevin schaerbeekois Michel De Herde inculpé pour «atteinte à l’intégrité sexuelle»: «la jurisprudence chez DéFI est de suspendre ses membres inculpés»

L’échevin schaerbeekois Michel De Herde a été inculpé. Motif: " atteinte à l’intégrité sexuelle commise par une personne ayant autorité sur la ou les victimes ". DéFI va examiner une possible exclusion. L’intéressé continue de nier.

 L’échevin Michel De Herde a été inculpé d’atteinte à l’intégrité sexuelle commise sur une personne ayant autorité sur la ou les victimes».
L’échevin Michel De Herde a été inculpé d’atteinte à l’intégrité sexuelle commise sur une personne ayant autorité sur la ou les victimes». ©BELGA

L’échevin Michel De Herde (LB – DéFi), échevin du Budget et de l’Instruction publique à Schaerbeek, a été inculpé pour atteinte à l’intégrité sexuelle commise par une personne ayant autorité sur la ou les victimes, a indiqué mercredi après-midi le parquet de Bruxelles, confirmant une information de la RTBF. Après avoir été entendu par le juge d’instruction, Michel De Herde a été remis en liberté sous conditions.

+ LIRE AUSSI | " Nous ne pouvons plus accepter cet immobilisme du vieux monde politique patriarcal " : pour exiger de DéFI un pas de côté de Michel De Herde, nouvelle manif à Schaerbeek

Michel De Herde, échevin à Schaerbeek depuis une trentaine d’années, fait l’objet d’une plainte pour viol depuis septembre, déposée par une étudiante. Une première plainte avait été déposée à son encontre quelques mois plus tôt par l’échevine de la Culture et de l’Égalité des genres et des chances, Sihame Haddioui (Écolo). Celle-ci a accusé son collègue d’avoir tenu des propos sexistes envers elle mais aussi d’avoir commis des attouchements sur sa personne, lors d’un conseil communal en octobre 2021.

Lundi matin, le juge d’instruction en charge de cette enquête de mœurs a ordonné une perquisition au bureau et au domicile de l’échevin. Des documents ont été saisis et le suspect auditionné. Il a ensuite été inculpé pour atteinte à l’intégrité sexuelle commise par une personne ayant autorité sur la ou les victimes, mais laissé en liberté sous conditions.

De Herde nie toujours

De Herde, qui s’était mis en congé lors du mois de septembre, a continuellement nié les accusations dont il fait l’objet. Ce qu’il a une nouvelle fois répété ce 16 novembre dans la soirée par le biais de son avocate.

"Mon client confirme contester formellement les faits et garde toute sa confiance dans l’impartialité de la justice", a affirmé ainsi Me Mélanie Bosmans, confirmant que son client avait été entendu et inculpé "pour des faits qui ne concernent en aucun cas des mineurs".

«Mon client a été remis en liberté moyennant de s’abstenir dans le cadre de son mandat de se trouver seul en présence de personnes de sexe féminin».

Selon Me Bosmans, il a été remis en liberté "moyennant le respect de conditions à savoir répondre à toutes convocations, s’abstenir dans le cadre de son mandat de se trouver seul en présence de personnes de sexe féminin et s’abstenir d’intervenir dans les procédures de recrutement ou de promotion, aucune autre interdiction professionnelle n’ayant été imposée".

« Indices de culpabilité »

Toujours d’après son avocate, Michel De Herde, physiquement éprouvé, a été placé en arrêt de travail par son médecin pour cause de maladie au minimum jusqu’au 27 novembre prochain.

"Pour le surplus, nous insistons sur le fait qu’une inculpation consiste en la reconnaissance d’indices de culpabilité non autrement détaillés lesquels peuvent se fonder, à titre d’exemple, sur des accusations. Une inculpation n’enlève rien à la présomption d’innocence dont doit bénéficier mon client et lui confère, par contre, des droits, qu’il attendait, dont celui de solliciter des devoirs d’enquête", a-t-elle enfin souligné, par voie de communiqué.