Deux enfants menottés par la police à Saint-Gilles: Écolo interrogera le ministre de l’Intérieur

Écolo a annoncé dimanche son intention d’interroger le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem sur le menottage par la police de deux enfants de 11 et 13 ans lundi 1er juin dernier à Saint-Gilles, comme le montre une vidéo diffusée samedi sur les réseaux sociaux.

Deux enfants menottés par la police à Saint-Gilles: Écolo interrogera le ministre de l’Intérieur
menottés ©Twitter

«À moins que l'enquête établisse clairement que ces enfants représentaient une menace imminente à l'encontre de la sécurité publique, il est incompréhensible que les policiers aient fait usage de menottes pour appréhender de jeunes mineurs qui, si on peut en croire la vidéo, n'opposaient aucune forme de résistance», a affirmé la députée Cécile Thibaut (Écolo).

La police avait été appelée sur les lieux pour un vol avec violence. «Mais la suite de l’enquête a démontré qu’il s’agissait plutôt d’une tentative de vol d’un scooter apparemment abandonné en rue», a indiqué sur RTL-TVi Denis Goeman, porte-parole du parquet de Bruxelles. Les deux jeunes ont été relaxés «rapidement», selon lui.

La zone de police de Bruxelles-Midi enquête sur l’opportunité de ce menottage.

Pour Thibaut, «cet événement met en lumière l’extrême urgence de clarifier et légiférer au plus vite sur les conditions d’arrestation des mineurs qui sont actuellement soumises à l’appréciation des agents de police».

«À ce jour, l’article 37bis de la loi sur la fonction de police ne précise aucunement comment l’usage de la force doit être appliqué et dans quels cas les menottes peuvent être utilisées pour des mineurs d’âge. Pourtant, cette recommandation figure noir sur blanc dans le rapport annuel de 2016 du comité P (qui contrôle les services de police, NDLR). Cette nécessité est aussi appuyée dans le code européen d’éthique de la police qui estime que les agents des forces de l’ordre doivent dûment prendre en considération la vulnérabilité inhérente aux enfants dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions», selon Cécile Thibaut.

Le témoignage de la jeune maman qui filme à l’aide de son smartphone relate aussi «une tentative d’intimidation alors qu’elle exerce son droit le plus strict», note Écolo.

De son côté, le Bourgmestre de Saint-Gilles Charles Picqué (PS) a aussi réagi. «A moins que l'enquête ne démontre l'existence d'un danger réel ou que des actes graves aient été commis, je condamne l'usage des menottes pour de jeunes mineurs comme on le voit dans la vidéo circulant sur les réseaux sociaux», s'indigne le socialiste sur sa page Facebook. «Un tel comportement disproportionné de quelques policiers du service Intervention de la zone de police Midi ne peut que jeter le discrédit sur l'image de la police et sur les relations entre elle et les citoyens. J'ai demandé au Chef de Corps de faire la lumière rapidement sur les circonstances de cette intervention suite à un appel pour vol».

Enfin, le délégué général aux droits de l'enfant Bernard De Vos estime qu'«il y a certainement un problème de formation. C'est incroyable qu'en ces temps troublés, des policiers en arrivent à menotter des enfants et fassent des pressions sur les témoins pour qu'ils ne filment pas et ne rapportent pas l'événement, cela fait beaucoup d'erreurs en une seule séquence».

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...