Le Parlement au ch evet de la ligne Dinant-Givet

Le Parlement wallon se penche sur le sort de la ligne Dinant-Givet. Désaffectée depuis 1988 pour le trafic voyageurs, elle pourrait renaître.

Le Parlement au ch evet de la ligne Dinant-Givet
8457803 ©© EdA

Le projet de réouverture de la ligne Dinant-Givet a refait surface au Parlement wallon. C'était hier en commission de la mobilité. On se souvient que sous la précédente législature, à l'initiative de Maurice Bayenet (PS) et Michel Lebrun (cdH), les parlementaires wallons avaient signé une motion s'opposant à la réouverture de la ligne. Avec le retour des Écolos aux affaires, ce dossier soutenu par le MR a pu reprendre des couleurs.

La commission a passé une bonne partie de la matinée à se documenter. Elle a entendu plusieurs interventions, dont on lira la teneur dans cette double page. Le spécialiste suisse des chemins de fer Markus Rieder est venu plaider la cause de la réouverture, dont il ne doute pas de la réussite. Pierre Mathieu, vice-président du Conseil régional de Champagne-Ardennes, a pour sa part redit le grand intérêt de la France pour la relance de la ligne et son intention de partager la facture.

La commission n'en a pas terminé avec ce dossier. Elle pourrait décider d'entendre de nouveaux intervenants. La SNCB et Infrabel, notamment, qui ne pouvaient être présentes hier (c'était l'anniversaire de la catastrophe de Buizingen).

Sur la table de la commission se trouve une proposition de résolution. Elle est signée Willy Borsus, chef de groupe MR au Saint-Gilles. Dans les grandes lignes, elle suggère de soutenir la réalisation d'une nouvelle étude de faisabilité et, si les conclusions de l'étude sont favorables, de soutenir la réouverture de la ligne.

A. Deb.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.