Prison de Saint-Gilles: les syndicats demandent à être reçus par le ministre de la Justice

Le juge d'instruction Wim De Troy, connu dans le cadre de l'opération "Calice", a bien tenté de pénétrer dimanche en fin d'après-midi avec son véhicule dans la prison de Saint-Gilles, a confirmé lundi matin Michel Jacobs, secrétaire fédéral de la CGSP Amio. Trois membres du personnel ont alors été interpellés. Le personnel travaille normalement lundi matin, selon le syndicaliste.

"Seuls les fourgons cellulaires et les fourgons de la police peuvent rentrer dans l'enceinte de l'établissement", explique Michel Jacobs. "Les agents ont refusé l'accès au juge d'instruction qui a alors fait interpeller un directeur, un adjudant et le responsable de l'accès à la prison." Ces trois personnes ont entre-temps été relâchées vers 21h00.

"Je ne dispose actuellement que d'informations parcellaires mais si elles se confirment, je trouve cela très dommageable de la part d'un juge d'instruction", a souligné le secrétaire fédéral. Les syndicats ont demandé à être reçus dans la journée par le cabinet du ministre de la Justice afin de faire toute la lumière sur l'incident.

Les agents pénitentiaires, qui travaillent normalement lundi matin, recevront des explications dans la journée, toujours selon Michel Jacobs.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.