Jette ne veut plus qu’on jette dans ses rues: des fresques et des poubelles pour la 2e campagne «Yes We Can» (vidéo)

Avec « Yes We Can », la commune de Jette veut se positionner sur la carte de street-art. Mais aussi de la propreté publique.

Belga

La commune de Jette (Bruxelles) a lancé mercredi, pour la deuxième année consécutive, « Yes We Can », une initiative qui conjugue street art et propreté. Trois fresques et plus d’une trentaine de poubelles réinventées s’ajoutent au parcours street art conçu en 2020.

Nova Dead, Amandine Lesay et Kunlo, les trois artistes choisis pour cette édition, ont exploré le surréalisme dans leurs créations, et notamment l’univers de René Magritte qui a longtemps vécu à Jette. Leurs trois fresques sont visibles dans l’école Champs des Tournesols, à hauteur de la crèche Reine Fabiola située avenue Firmin Lecharlier et à la Coupole bruxelloise de l’autisme rue Esseghem.

 La fresque de Nova Dead à Jette.
La fresque de Nova Dead à Jette. ©DR

C’est l’artiste street art new-yorkais Kool Koor, établi depuis 1989 à Bruxelles, qui coordonne les éditions de "Yes We Can". Ce projet a été imaginé en 2017 par l’échevin de la Culture, de la Jeunesse et de la Propreté publique, Mounir Laarissi (Les Engagés), qui aspire à faire de sa commune un haut-lieu du street art. "C’est la rencontre avec Kool Koor qui a permis au projet de se lancer en 2020. Ensuite, c’est grâce au soutien de la commune que nous avons pu le concrétiser et bénéficier d’un budget exceptionnel pour la réalisation de ce parcours."

Poubelles

La fresque d’Amandine Lesay à Jette.
La fresque d’Amandine Lesay à Jette. ©DR

Il avance que l’idée de transformer des poubelles en œuvres d’art est féconde. "Les riverains se les approprient peu à peu et ont alors plus à cœur de préserver la propreté des rues. Les jeunes sont intrigués et donc aussi davantage sensibilisés… Cela crée une vraie dynamique!"

En deux ans, neuf fresques et une centaine de poubelles revisitées ont été créées, ce qui réjouit la nouvelle bourgmestre Claire Vandevivere (Les Engagés). "Après le prestigieux prix Bruocsella qui vient de nous être décerné pour notre première salve de fresques sur les Droits Humains, après les mosaïques colorées qui parsèment et colorent toujours un peu plus la commune, ces nouvelles réalisations font rayonner Jette encore un peu plus au-delà de ses frontières. Et comme elles abordent des thématiques qui nous sont chères, elles renforcent également cet ‘esprit jettois’qui me tient tant à cœur."

 La fresque de Kunlo à Jette.
La fresque de Kunlo à Jette. ©DR