En 2014, les frères El Bakraoui assassinent un pensionné à Jette: «Ils souhaitaient tester ce que ça faisait de tuer quelqu’un»

En 2014, les frères El Bakraoui se sont «testés» dans l’acte de tuer en assassinant un pensionné de Jette en pleine rue. Le parquet avait lancé une enquête sur ce cold case en 2018. Ces révélations sont inédites.

En 2014, les frères El Bakraoui assassinent un pensionné à Jette: «Ils souhaitaient tester ce que ça faisait de tuer quelqu’un»
Ibrahim El Bakraoui et son frère Khalid se sont «testés» en 2014 avant de passer aux attentats en 2016. ©Belga

Ibrahim El Bakraoui, l’un des kamikazes de l’attentat du 22 mars 2016, a commis un assassinat fin 2014 avec l’appui de son frère Khalid, qui a par la suite aussi déclenché une bombe dans le métro de Maelbeek. Ils souhaitaient «tester» un assassinat dont un pensionné de Jette a été victime, rapporte le quotidien De Morgen vendredi.

Osama Krayem, un des terroristes qui a survécu, a surpris les enquêteurs le 20 décembre 2016 avec des informations qu’il a reçues d’un de ses collaborateurs terroristes M. El Bakraoui. «Khalid m’a raconté que lui et Ibrahim ont tué quelqu’un en rue. Une personne choisie au hasard. Il a affirmé que la police avait découvert le corps et que c’était tout. Il souriait quand il me le racontait», a-t-il indiqué.

Lors d’une autre audition, le 19 juin 2018, M. Krayem a encore précisé: «Khalid m’a expliqué qu’il s’agissait d’une personne âgée, et qu’ils souhaitaient tester ce que cela faisait de tuer quelqu’un».

Le parquet de Bruxelles a lancé fin mai 2018 un appel au sujet du dossier non résolu de Paul-André Vanderperren à Jette. L'assassinat de ce pensionné de 76 ans, tué en décembre 2014 alors qu'il se rendait dans un café pour regarder un match de football, était inexplicable pour les enquêteurs. Sa veuve affirme avoir appris, il y a un an de la part de son avocat, que les auteurs étaient presque identifiés comme les défunts frères El Bakraoui.

Selon le parquet de Bruxelles, le parquet fédéral a repris le dossier aussitôt que le lien avec les attentats du 22 mars a été établi. Le parquet fédéral n’a pas souhaité faire de commentaire à propos de l’enquête.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...