La "chaîne nationale" de vente de vélos de D’Ieteren s’appellera Lucien

"Lucien", c’est le nom choisi par D’Ieteren pour sa chaîne de vélocistes. 9 magasins sont déjà prévus, à Bruxelles et Anvers.

La "chaîne nationale" de vente de vélos de D’Ieteren s’appellera Lucien

La chaîne nationale de vente et d’après-vente de vélos, principalement électriques, que le groupe D’Ieteren a pour ambition de construire d’ici à 5 ans s’appellera Lucien, annonce jeudi l’entreprise cotée en Bourse. Elle dispose actuellement de neuf magasins, à Bruxelles et Anvers, et emploie 65 personnes.

La mise en place de ce réseau de vente se fera dans un premier temps par le biais d'acquisitions, en s'appuyant sur l'expertise des équipes en place, avait indiqué D'Ieteren en octobre dernier. Elle avait alors racheté le magasin Goodbikes à Ixelles, situé juste à côté de son siège social. Cette échoppe déménagera durant le printemps à venir dans des locaux inoccupés de D'Ieteren, situés dans la même artère près du siège historique de D'Ieteren Mail, et s'étendra alors sur une superficie de plus de 3.000 mètres carrés, avec une piste d'essais et un atelier de réparation complet.

En décembre, D’Ieteren avait également repris l’enseigne iBike, qui dispose de huit magasins en région anversoise. Ceux-ci arboreront également bientôt les couleurs de Lucien.

La nouvelle chaîne de magasins emploie actuellement 65 personnes et propose plus de 30 marques dans son catalogue de deux-roues. Son nom est notamment un clin d’œil à Lucien D’Ieteren, qui, visionnaire, a orienté son entreprise familiale vers une nouvelle activité en 1931, celle de l’importation de voitures, explique D’Ieteren. Aujourd’hui, la société importe les véhicules du groupe VW en Belgique.

En parallèle, Lucien souhaite poursuivre son expansion au travers d’acquisitions dans les principales villes du pays, pour couvrir d’ici à 5 ans l’ensemble du territoire belge.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.