Le Fuse rouvre mais “la menace persiste pour nous et les autres clubs”

Le Fuse annonce qu’il rouvre suite aux nouvelles règles émises par Bruxelles Environnement. Mais le mythique club de la rue Blaes craint toujours pour son avenir. Et pourrait quitter les Marolles.

La Rédaction de L'Avenir

Le Fuse a réagi ce mercredi 25 janvier 2023 dans la soirée à l’annonce par Bruxelles Environnement de nouvelles conditions permettant sa réouverture. “Ces conditions ne correspondent pas avec ce que nous avions proposé ni avec ce dont nous avions discuté durant nos réunions”, déplore le club. Les ajustements d’isolation sonore exigés par l’administration régionale poussent par ailleurs le club à songer à son déménagement.

Concernant la réduction du niveau sonore sous les 95dB (A) “durant les première et dernière heures”, le Fuse estime qu’il ne pourra “jouer à un niveau acceptable que durant quelques heures au milieu de la nuit”. Et d’expliquer : “Nous allons essayer de jouer à ces niveaux mais nous craignons de devoir fermer à nouveau parce qu’il ne sera pas possible de travailler” dans ces conditions.

guillement

Il ne sera plus possible d'organiser des week-ends spéciaux sur 3 nuits, pas plus que d'ouvrir occasionnellement après 7h du matin.

Le temple techno déplore également que, vu l’interdiction d’ouvrir plus de 2 jours par semaine, qu'” il ne sera plus possible d’organiser des week-ends spéciaux sur 3 nuits, pas plus que d’ouvrir occasionnellement après 7h du matin, ce qui consistait en un élément d’attraction massif pour les touristes”.

Et d’insister : “Fuse est sauvé d’une fermeture immédiate. Mais le club, ses nombreux visiteurs, artistes, employés, restent dans l’incertitude alors que la menace persiste pour le Fuse, mais aussi la club culture bruxelloise dans son ensemble”.

guillement

Une stratégie à long terme pour protéger, ancrer et intégrer la nightlife dans Bruxelles est urgente. Pour assurer la survie du Fuse rue Blaes et de la club culture dans la capitale.

Le club rappelle que la pétition de la Brussels By Night Federation a réuni quelque 65.000 signatures. “Le message est clair : la club culture doit être reconnue […] Une personne qui achète une maison adjacente à un club 17 ans après sa fondation ne devrait pas avoir le pouvoir de mettre ses propres intérêts devant ceux de milliers d’autres. […] Une stratégie à long terme pour protéger, ancrer et intégrer la nightlife dans Bruxelles est urgente. Pour assurer la survie du Fuse rue Blaes et de la club culture dans la capitale. Sinon, le Fuse pourrait être le premier d’une série de clubs à devoir fermer ses portes”.

Le Fuse se réfère à la dernière réunion du Conseil Bruxellois de la Nuit et à ses suggestions. Et attire notamment l’attention sur le concept d'” agent of change” qui, reconnaissant l’implantation de clubs dans certains quartiers bien identifiés, empêcherait des mésaventures comme celle que le club des Marolles vit aujourd’hui. “Nous pressons le Gouvernement bruxellois d’ajuster les lois nécessaires”.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...