La piste du suicide de plus en plus contestée dans la mort de Sourour, “pour moi, c’est impossible”, assure un ancien policier de la garde zonale

La piste du suicide avancée par les autorités a été décriée par la famille et le secteur associatif proche de la victime. Ce lundi, un ancien policier qui a travaillé dans les cellules de la garde zonale, où est décédée la quadragénaire jeudi dernier, assure qu’il s’agit d’un complexe ultra-surveillé. Le Parquet confirme qu'il n'y a pas eu d'intervention de tiers dans le décès.

Sylvain Anciaux
Cérémonie d'hommage à Sourour, retrouvée morte dans une cellule de la police de la zone de Bruxelles-Capitale-Ixelles, rue Royale.
Cérémonie d'hommage à Sourour, retrouvée morte dans une cellule de la police de la zone de Bruxelles-Capitale-Ixelles, rue Royale. ©MATHIEU LADEVEZE

Comment est morte Sourour Abouda ? Les circonstances autour de la disparition de cette travailleuse du secteur associatif retrouvée morte dans une cellule de la garde zonale de la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles restent floues. Avancée par la justice, la piste du suicide est refusée par la famille, mais aussi le secteur associatif et les avocates du cabinet Progress Lawyers Network qui représente la victime.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...