À peine ouverte, la prison de Haren en grève: «Plusieurs personnes veulent démissionner»

Le front commun syndical organisera une grève à la nouvelle prison de Haren le mercredi 7 décembre. Les syndicats se plaignent de conditions de travail déplorables.

BELGA
 À peine ouverte, la prison de Haren sera en grève le 7 décembre. (Illustration)
À peine ouverte, la prison de Haren sera en grève le 7 décembre. (Illustration) ©BELGA

Le front commun syndical organisera une grève à la prison de Haren le mercredi 7 décembre, a-t-il annoncé mercredi. Les syndicats se plaignent de conditions de travail déplorables dans le tout nouvel établissement pénitentiaire.

La prison de Haren est ouverte depuis environ trois semaines. Les femmes de la prison de Berkendael et les hommes de l’établissement de Forest y ont été transférés dernièrement. Le démarrage est donc progressif mais les syndicats constatent que l’installation se déroule laborieusement et que la sécurité ne peut pas être garantie.

"Plusieurs personnes veulent démissionner", explique Stijn Van Den Abeele du syndicat libéral. "Il n’y a pas de communication de la direction et tous les congés sont refusés car il y a encore trop peu d’effectifs."

Un piquet de grève sera installé devant l’entrée de la prison de 5h30 à 14h. Les syndicats demandent qu’un maximum de membres du personnel se joigne au mouvement pour témoigner des difficultés. Un service minimum sera assuré pendant la grève.

Le personnel est composé d’anciens agents des prisons de Saint-Gilles, Forest, Berkendael, de nombreuses nouvelles recrues et de stagiaires. Le SPF Justice a annoncé la semaine dernière qu’il recherchait 173 autres accompagnateurs de détention et assistants de sécurité, un job day est d’ailleurs organisé début décembre.

Le bâtiment est par ailleurs difficile d’accès en transports en commun.

"Normalement, lorsqu’une nouvelle prison ouvre, il y a suffisamment de personnel et les travailleurs peuvent se familiariser avec l’organisation avant l’arrivée des détenus. Ce n’est pas le cas ici", se plaint Stijn Van Den Abeele.