Des réfugiés ukrainiens hébergés dans la gare de Bruxelles-Midi la nuit

Le Samusocial de Koekelberg héberge depuis peu des personnes à la gare de Bruxelles-Midi en accord avec la SNCB.

Des réfugiés ukrainiens hébergés dans la gare de Bruxelles-Midi la nuit
©Photo News

"Au cours des deux derniers mois, 75 réfugiés ukrainiens ont déjà passé la nuit dans la gare de Bruxelles-Midi, recroquevillés sur des chaises, des bancs ou à même le sol", peut-on lire jeudi dans le journal De Standaard.

Si de nombreux demandeurs d’asile connaissent la dure réalité de la rue, la situation est nouvelle pour les Ukrainiens. Depuis le début de la guerre, ces derniers bénéficient d’un statut de protection temporaire et suivent un parcours différent de celui des autres réfugiés.

Selon la procédure habituelle, après s’être enregistrés auprès de l’Office des Etrangers, ils se voient attribuer par Fedasil un lieu d’accueil dans l’une des trois régions – généralement après une escale au centre de transit Ariane (Woluwe-Saint-Lambert). Dans la première quinzaine d’octobre, Fedasil y hébergeait encore 250 Ukrainiens ; mais depuis, plus personne. Le centre est surpeuplé parce que le flux vers les régions est congestionné. Les Ukrainiens qui cherchent un abri doivent donc s’adresser directement aux CPAS, indique M. Fedasil.

La Samusocial très inquiet

Le Samusocial se dit très inquiet à l’aube de l’hiver, craignant un afflux des sans-abri, des demandeurs d’asile et maintenant des Ukrainiens, en quête d’un abri pour passer la nuit au chaud.

La Secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Nicole de Moor (CD&V) a confirmé, jeudi, au micro de l’émission De Ochtend sur Radio 1, que le centre d’accueil d’urgence de Fedasil était actuellement saturé en raison du manque de places dans les régions, en Wallonie notamment. Selon la secrétaire d’État. Les Régions se sont entretemps engagées à créer des places supplémentaires "dans les meilleurs délais", a-t-elle ajouté.