Les poké bowls Pokawa débarquent à Bruxelles: on a goûté «le plat le plus livré dans le monde» en 2019

La plus grande chaîne de poké bowls d’Europe s’implante à Bruxelles. Ses deux fondateurs veulent essaimer leur marque healthy dans 30 points de vente belges. On a goûté leur " plat signature ", star de la livraison de repas sous covid.

Julien Rensonnet

Sur leur tapis de riz noir, saumon et thon rouge nagent entre les coraux arc-en-ciel des mangues, avocats, chou rouge, carottes et edamame, parsemés de graines de sésame, autant de grain de sable sur ce paysage marin. Encadrée d’un plateau en bambou, la spécialité hawaïenne a un fort potentiel instagramable. Depuis ce 15 novembre 2022, vous pouvez la déguster à Bruxelles.

Et c’est un petit événement dans le monde de la restauration rapide: c’est qu’avec 105 points de vente depuis 2017, la chaîne française Pokawa qui ouvre à la Toison d’Or est le leader européen du poké bowl. Ce plat originaire du Pacifique a navigué partout sur le globe pour s’ériger en alternative "santé" sur le marché de la street-food. Le "Super Protéiné" de Pokawa, avec ses deux poissons à chair rouge, a été "le plus vendu du monde sur Deliveroo en 2019". De quoi faire de Pokawa un requin pour ses deux concurrents ayant déjà accosté dans la capitale, Poké House et Hawaiian Poké Bowl ?

 Jérémy Eymard, conseiller opérationnel de Pokawa, explique que les poké bowls composé par les clients eux-mêmes sont ceux qui cartonnent le plus.
Jérémy Eymard, conseiller opérationnel de Pokawa, explique que les poké bowls composé par les clients eux-mêmes sont ceux qui cartonnent le plus. ©ÉdA – Julien Rensonnet

"Le Super Protéiné a cartonné pendant la période covid", explique Jérémy Eymard, conseiller opérationnel qui a déjà présidé à l’ouverture de 15 magasins de la marque. "La période du confinement l’explique. Mais sans doute aussi le fait que c’est le seul où on mélange les deux poissons", pointe le Nordiste. "Les bols qui fonctionnent le mieux, ce sont les créations. Et puis les “chirashis”". Il s’agit en fait d’une déclinaison à la japonaise, sorte de "shushi éparpillé". Quant aux options préférées des clients, ce sont "les onions frits et le cream cheese" qui séduisent. Tout ça se construit minute, en pianotant sur les tableaux de commande tactile. Des partenariats avec des chefs et influenceurs noir-jaune-rouge mijotent pour "belgiciser" les formules. Avec des chicons ?

Dès décembre sur le piétonnier

Dès décembre, Pokawa ouvrira deux autres points de vente à Bruxelles: boulevard Anspach près de De Brouckère, et à Stockel à Woluwe-Saint-Pierre. "On voulait des spots premium en termes de visibilité", opine Mansour Nasr, qui pilote la master franchise Pokawa en Belgique avec son associé Youssef Sadaoui. "On a d’autres quartiers en vue: Châtelain, Etterbeek, Quartier Européen, les Woluwe, et puis la périphérie, Waterloo…" Pour les gares et aéroports, un deal est signé avec une multinationale du secteur. Objectif: 30 restos et 200 emplois en 4 ans.

« On a d’autres quartiers en vue: Châtelain, Etterbeek, Quartier Européen, les Woluwe, et puis la périphérie, Waterloo… »
 Mansour Nasr et son associé n’en sont pas à leur coup d’essai avec Pokawa: le duo a ouvert 4 O’Tacos dont les deux premiers à Charleroi, avant de les revendre puis de lancer une dizaine de restos à burgers Black and White à Bruxelles et en Wallonie.
Mansour Nasr et son associé n’en sont pas à leur coup d’essai avec Pokawa: le duo a ouvert 4 O’Tacos dont les deux premiers à Charleroi, avant de les revendre puis de lancer une dizaine de restos à burgers Black and White à Bruxelles et en Wallonie. ©ÉdA – Julien Rensonnet

Le duo a faim. Il s’est fait les dents avec 4 franchisés O’Tacos à Charleroi, Louvain-La-Neuve et Tournai. "Une succes story alors qu’on nous prédisait le pire", sourit Mansour Nasr. "L’argent rentrait tellement que même le banquier s’est inquiété et nous a demandé de nous justifier". Mais les deux ont fait le tour. "Sans renier la main qui nous a nourris", ils revendent leurs fast-foods connotés malbouffe. Puis approchent les fondateurs de la chaîne de burgers Black and White, les youtubeurs français Ibra TV et Djam. Ils obtiennent pour la Belgique la master franchise du fameux burger au pain noir à base de charbon. En plein covid, deux s’ouvrent à Bruxelles, au Centre Monnaie et à Dockx. Viennent 7 autres en Wallonie (Namur, Liège, Mons, Tournai, La Louvière, Louvain-la-Neuve, Charleroi) et un en Flandre à Alost, avant Gand.

Plus sain, plus vert

Pas rassasiés, les compères. "On veut continuer à se développer. Mais à 43 ans, je fais plus attention à ce que je mange", glisse le Parisien installé dans le quartier Schuman, qui avoue un faible pour le bowl de riz noir aux crevettes. "Je veux aussi mieux respecter l’environnement". D’où ce deal avec une chaîne "plus healthy, dans laquelle on se retrouve plus". Après un échec à Saint-Gilles, les fondateurs français de Pokawa "s’appuient" donc sur l’expertise de Sadaoui et Nasr pour se déployer en Belgique. "Aujourd’hui, on fait du poké bowl à toutes les sauces", appuie ce dernier, qui promet de développer un bol en fibres de bois plus écologique que l’actuel carton. "Nous, on refuse les produits fast-food comme les nachos ou les jalapeños. On mise sur les fruits, les noix, des sauces moins caloriques, des boissons moins sucrées, des produits non transformés".

« On refuse les produits fast-food comme les nachos ou les jalapeños. On mise sur les fruits, les noix, des sauces moins caloriques, des boissons moins sucrées »
 En haut, un poké bowl avec un substitut végétarien de poulet. En bas, une option saumon.
En haut, un poké bowl avec un substitut végétarien de poulet. En bas, une option saumon. ©ÉdA – Julien Rensonnet

Certaines options végé témoignent de ce positionnement "vert". Plutôt qu’un bol avec deux poissons surpêchés, nous avons opté pour un substitut végétarien du poulet: tout aussi protéiné et "17 fois moins de CO2 rejeté".

+ "Pokawa", 1 rue du Capitaine Crespel (Toison d’Or) et bientôt à Anspach et Stockel, poké bowl entre 8,90€ et 13,90€.

 En s’implantant à la Toison d’Or, Anspach et Stockel, les master franchisés Pokawa pour la Belgique visent «des emplacements premium en termes de visibilité».
En s’implantant à la Toison d’Or, Anspach et Stockel, les master franchisés Pokawa pour la Belgique visent «des emplacements premium en termes de visibilité». ©ÉdA – Julien Rensonnet