La police démantèle le camp de tentes en carton des mineurs non accompagnés à Bruxelles: «Être réveillé par la police quand on a entre 13 et 17 ans, et dans ces conditions, c’est terrifiant!»

Le Bourgmestre de Bruxelles Philippe Close a ordonné à la police de démanteler un mini camp de réfugiés au hub humanitaire bruxellois. Les tentes de carton hébergeaient desmineurs. 

Sylvain Anciaux

Il est 8 heures du matin quand une volée de combis de police débarquent avenue du Port à Bruxelles pour faire lever le camp mineurs étrangers non accompagnés qui dorment depuis lundi sous des tentes en carton, faute d’accueil en centre d’hébergement.

Au total, une vingtaine de tentes pour trente mineurs ont été démolies par les forces de l’ordre, sur ordre de la commune, raconte le porte-parole de la plateforme citoyenne, Mehdi Kassou. "Bruxelles subit les conséquences de la crise de l’accueil au niveau fédéral." Et d’expliquer que la Ville ne souhaiterait pas qu’un camp de fortune se dresse sur son territoire.

La trentaine de mineurs est donc "épuisée et effrayée" rapporte Mehdi Kassou. "Ce matin, c’est l’effroi. Être réveillé par la police quand on a entre 13 et 17 ans, et dans ces conditions, c’est terrifiant !"

Le porte-parole de la plateforme citoyenne appelle donc Bruxelles à interpeller le fédéral pour débloquer la situation. "Si on ne nous a pas proposé une solution d’ici ce soir, on recommencera !"

Selon le directeur général de médecin du monde, au micro de BX1, les tentes auraient été sauvées, il s’agirait simplement d’une interdiction de les placer sur la voirie. Les associations exhortent le fédéral et la région à se concerter pour trouver une solution à cette situation.

Le cabinet du bourgmestre Philippe Close (PS) explique qu’il est "inacceptable que des mineurs dorment dans la rue. Les gens n’ont pas à dormir dehors surtout face à un bâtiment où ils passent la journée. Une solution devrait être trouvée à ce problème via les associations de terrain, mais surtout via les autorités compétentes, à savoir fédérale et régionale."

La ville de Bruxelles fait déjà beaucoup et propose constamment des solutions et des lieux qui peuvent être occupés comme logement temporaire ", a déclaré le cabinet du bourgmestre de Bruxelles." En faisant enlever les tentes, la Ville met elle aussi la pression sur le fédéral pour trouver une solution structurelle. Le bourgmestre ne peut pas accepter que des mineurs dorment dans la rue sur son territoire. "

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...