Georges-Louis Bouchez crée le bad buzz sur Twitter: «Tenir ces propos et les visibiliser, c’est ça la saleté» (vidéo)

Georges-Louis Bouchez a créé la polémique sur Twitter après avoir posté une vidéo dans laquelle il répond à une citoyenne.

La Rédaction de L'Avenir
 Bad buzz sur Twitter après des propos polémiques.
Bad buzz sur Twitter après des propos polémiques. ©Twitter

"Pour un étranger qui vient de n’importe quel pays et qui vient en capitale de Bruxelles, moi je dis qu’on dirait qu’on est au Congo."

Cette remarque portant sur la "saleté de Bruxelles" et qui insulte le Congo ne vient pas de Georges-Louis Bouchez lui-même mais d’une citoyenne lambda.

Ce passage de la capsule vidéo de deux minutes du MR n’a non seulement pas été coupé au montage mais a tout simplement été choisi pour lancer un sujet sur le taux d’emploi à Bruxelles.

À aucun moment, Bouchez ne recadre les propos de l’interviewée.

«Le bleu vire au brun»

Il n’a pas fallu longtemps pour que les internautes tombent sur ce tweet et critiquent la méthode du président du MR.

"Ça flaire bon le racisme", "le bleu vire au brun", "on n’est pas loin du fascisme", "une vidéo d’anthologie"… Les utilisateurs de Twitter n’ont pas pu cacher leur colère.

La réponse de Bouchez

Et quand un internaute l’interroge: "Une dame vous dit: c’est sale à Bruxelles, on dirait qu’on est au Congo. Le premier réflexe c’est de parler du taux d’emploi?", Bouchez se défendcomme ceci: "Non, j’ai répondu plus largement mais il faut tout écouter pour le savoir. J’explique par ailleurs que l’amélioration du taux emploi améliore automatiquement tous les autres paramètres. Un peu d’économie permet de comprendre cela".

Une réponse qui laisse dubitatif de nombreux internautes.

«Tenir ces propos et les visibiliser, c’est ça la saleté»

Kalvin Soiresse Njall, un député écolo bruxellois d’origine togolaise, a réagi au tweet de Bouchez: "Associer un pays entier, des populations à de la saleté fait partie des pires représentations racistes et xénophobes de l’histoire. On peut décliner des solutions politiques sans mettre en lumière de tels propos racistes. Tenir ces propos et les visibiliser, c’est ça la saleté".