La Ville de Bruxelles remboursera l’excédent de 5% d’indexation à ses locataires: «Mesure courageuse»

En attendant que le débat se fasse sur le blocage de l’indexation à la région, Bruxelles prend les devants et fera une ristourne sur les locataires de la Régie Foncière.

Anciaux Sylvain
 La Ville de Bruxelles annonce qu’elle «compensera l’indexation excédant 5% de la hausse globale du loyer» des logements offerts par sa Régie Foncière.
La Ville de Bruxelles annonce qu’elle «compensera l’indexation excédant 5% de la hausse globale du loyer» des logements offerts par sa Régie Foncière. ©ÉdA – Julien Rensonnet

Bloquera ou bloquera pas? C’est le débat qui anime le parlement bruxellois depuis plusieurs semaines à propos de l’indexation des loyers, loyers qui ne cessent de grimper dans la capitale. La Ville de Bruxelles, désireuse « d’être exemplaire et d’inciter les propriétaires priver à en faire de même » prend donc les devants et « compensera l’indexation excédant 5% de la hausse globale du loyer », annonce Lydia Mutyebele (PS), l’échevine du logement aux locataires de la Régie Foncière, à différencier de locataires de logements sociaux ou du CPAS.

Concrètement, qu’est-ce que cela implique pour les ménages qui occupent les 3800 logements publics? Prenons l’exemple d’un foyer payant son logement public à raison de 1039 euros par mois. Une fois indexé à 7,80% comme c’est le cas actuellement, le loyer s’élève à 1120, 08 euros. En fin d’année, le foyer aura droit à une réduction de 349,51 euros. On parle ici de ristourne, puisque la Ville n’a pas débloqué de budget pour ce dispositif, mais plutôt un "non perçu".

Sous couvert du débat régional

"On ne touche donc pas à l’index, mais on modifie le pouvoir d’achat", se félicite le bourgmestre socialiste Philippe Close. Et sa collègue Lydia Mutybele d’ajouter que Bruxelles "se bat contre la gentrification afin de garder les classes moyennes au centre-ville".

Au total, Bruxelles prévoit 723000 euros "non-perçus" suite à cette initiative. Une démarche qui fait relativement penser à l’allocation-loyers mise en place par la Secrétaire d’État au Logement, Nawal Ben Hamou (PS), fortement décriée car la logistique ne suivant pas, les bénéficiaires n’y ont pas eu droit. Pas d’inquiétude de voir un scénario pareil ici, dit le bourgmestre, puisque c’est le propriétaire (la Ville) qui réduira lui-même ses loyers en conséquence.

Et si la Région venait à bloquer l’indexation en dessous des 5%? "On s’adaptera", dit Philippe Close. En clair, la mesure deviendrait obsolète. Et le maïeur de rappeler, que, in fine, ce sont les locataires eux-mêmes, puisque sources de revenus pour la Régie Foncière, qui ont, en quelque sorte, financé cette mesure.