Surprise sur la place De Brouckère: l’équipe du café Métropole reprend le commerce, l’établissement est ouvert

Quatre mois seulement après sa fermeture, le café Métropole est de retour sur la place De Brouckère.

S.A.
 La terrasse du Métropole est rouverte.
La terrasse du Métropole est rouverte. ©ÉdA – J. R.

Surprise, place De Brouckère, le café Métropole a rouvert ses portes. Depuis une semaine, la terrasse est ouverte et nombreux sont les anciens clients revenus au pas de course. Tout y est, les chaises en osier, les tables, comme s’il n’avait jamais changé… Sauf peut-être dans l’assiette, les croquettes ont changé, "on travaille avec des petits producteurs" confie fièrement le serveur en passant les plats. Derrière les fourneaux aussi, le chef est nouveau. Sinon, grâce à l’ancien maître d’hôtel et les anciens employés qui ont repris l’affaire, tout est redevenu comme avant.

Le restaurant n’a cependant pas encore communiqué pour le moment, le temps de faire un "soft launch", de s’assurer que tout fonctionne. Pour rappel, l’établissement avait fermé ses portes fin février, "nous avions un bail précaire de maximum un an, que nous avons renouvelé trois fois", expliquait l’ancien propriétaire, qui se disait soulagé tant l’hyper-centre était devenu un milieu difficile où commercer. "On ne rouvre pas par raison pécuniaire, on le fait par amour de l’institution et de nos clients", glisse un serveur bien heureux d’avoir retrouvé le costume classique de l’établissement. Malgré ça, il constate que la situation ne s’est pas améliorée, "j’ai reçu une dizaine de menaces de mort, rien que pour la journée d’ouverture, par des gens qui viennent mendier ou des alcooliques". Suite à la fusillade, dimanche dernier, place De Brouckère, la police aurait promis, via un accord verbal, une présence constante sur la place, "mais on ne les a pas vus depuis".

Le Métropole aura un défi particulier à relever… Il sera sûrement plus facile de retrouver toute sa clientèle que toute son équipe. Si le nouveau gérant a recomposé une partie de l’ancienne brigade et l’a mariée avec du sang plus frais, le Métropole fait face, comme une bonne partie du secteur Horeca, à une pénurie de main-d’œuvre. Actuellement, seule une dizaine d’employés font tourner l’iconique restaurant. Il en faudrait le double. Bon appétit tout de même!