Les gardiens de sécurité de l’hôpital Saint-Pierre en grève pour dénoncer la privatisation de leur service: ils bloquent les bureaux de la direction

L’hôpital Saint-Pierre, à Bruxelles, compte privatiser son service de gardiennage. L’hôpital public est le dernier de la capitale à compter sur ce personnel interne. Les employés concernés bloquent les bureaux de la direction. 

J.R.
 Les employés du service de gardiennage de l’hôpital Saint-Pierre bloquent ce mardi 24 mai les bureaux de la direction.Le CA de l’institution a pris la décision de privatiser la sécurité.
Les employés du service de gardiennage de l’hôpital Saint-Pierre bloquent ce mardi 24 mai les bureaux de la direction.Le CA de l’institution a pris la décision de privatiser la sécurité. ©DR

L’équipe de gardiennage de l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles est en grève depuis ce 24 mai 2022 en matinée.Cette première journée de grève dénonce la privatisation du service de gardiennage décidée par le CA de l’institution publique."Cette décision brutale et unilatérale est incomprise par les travailleurs de l’équipe et leurs organisations syndicales", justifie le front commun réunissant CGSP, CSC et SLFP.

La grève se tient alors que les syndicats ont tenté d’interpeller l’échevin compétent au conseil communal.D’après les représentants des travailleurs, Mohamed Ouriaghli, président du Conseil d’administration de l’hôpital, "n’a pas daigné répondre aux questions des agents".

«Sauver des emplois publics»

La grève étant dans l’air, les agents grévistes ont été remplacés ce 24 mai au matin par les employés d’une firme privée. "Une mauvaise surprise", qui s’avère aussi "illégale". Les syndicats ont donc décidé d’occuper pacifiquement les bureaux de la direction pour exiger du directeur général Philippe Leroy "d’entendre leurs justes revendications et d’accepter de se rassoir à la table des discussions pour sauver les emplois publics".

 Les employés du service de gardiennage de l’hôpital Saint-Pierre bloquent ce mardi 24 mai les bureaux de la direction.Le CA de l’institution a pris la décision de privatiser la sécurité.
Les employés du service de gardiennage de l’hôpital Saint-Pierre bloquent ce mardi 24 mai les bureaux de la direction.Le CA de l’institution a pris la décision de privatiser la sécurité. ©DR

Ce dernier réagit auprès de nos confrères de La DH: "pas question de casser le droit de grève ici, un préavis a été remis 24 heures à l’avance, et tout le service est gréviste. Il n’y avait pas de service minimum et un hôpital de 3.400 travailleurs et 600 patients ne peut pas fonctionner 24 heures sans service minimum". Quant aux discussions de fond sur la privatisation, le directeur ne les acceptera pas."Certainement pas. C’est une décision qui mûrit depuis assez longtemps. Si une action de grève venait changer ça, c’est qu’on aurait mal réfléchi".

Les derniers gardiens publics

La décision d’externaliser la sécurité de Saint-Pierre est d’autant plus durement comprise par le personnel concerné que des négociations sont en cours depuis près d’un an pour réorganiser le travail de nuit et de week-end. La réorganisation du gardiennage du grand hôpital bruxellois concerne 35 personnes sur deux sites. L’idée est que ceux-ci soient repris par le prestataire privé désigné. Saint-Pierre est le dernier établissement de santé à disposer de son propre service de sécurité à Bruxelles.