3 € annoncés, 5 € à payer: ces horodateurs bruxellois qui «arnaquent» les automobilistes

Surprise au moment de passer à la caisse dans certaines rues de Bruxelles : les prix indiqués sur l’écran de veille du parcmètre diffèrent du prix final réclamé. Le PTB dénonce, la Ville s’explique.

Ro. Ma.
3 € annoncés, 5 € à payer: ces horodateurs bruxellois qui «arnaquent» les automobilistes

Lorsqu’un automobiliste stationne son véhicule dans la rue de la Caserne, dans le quartier Anneessens, l’horodateur lui indique sur son écran de veille qu’il se situe en zone verte: il faudra débourser 3 € pour rester deux heures. Mais une fois la plaque d’immatriculation enregistrée et les heures inscrites, surprise au moment du payement: les prix sont supérieurs à ceux annoncés. À la place de 3 €, il faudra finalement payer 5 €.

Une situation dénoncée ce mercredi par le PTB bruxellois, et que nous avons également pu constater. Le problème subsiste rue de la Caserne, mais également rue d’Artois et rue des Foulons.

"C’est une arnaque, dénonce sans ambages le conseiller d’opposition et député régional Bruno Bauwens (PTB). C’est un double vol. D’abord, la Ville vient d’augmenter scandaleusement les tarifs de stationnement depuis le premier mai. Ensuite, elle ne trouve même pas important d’en informer les gens."

Le mandataire de gauche radicale demande le remboursement de la différence payée, et annonce interpeller l’échevin Bart Dhondt (Groen) ainsi que le bourgmestre Philippe Close (PS) au prochain conseil communal.

Pas de remboursement

Alors, explications de l’échevinat bruxellois de la Mobilité. Les prix initialement affichés sur l’horodateur sont ceux de l’ancien plan de stationnement. Le quartier était en zone verte, à 1,50 € par heure, sans limite temporelle. Mais depuis le 1er  mai est entrée en vigueur la réforme du stationnement, avec de nouveaux périmètres et de nouveaux prix. L’ensemble du Pentagone, quartier Anneessens compris, est désormais en "zone grise": 2 € pour la première heure, et 3 € par heure ensuite, avec une limite de 4h30. D’où le prix demandé rue de la Caserne de 5 € pour deux heures.

"Il s’agit d’un problème d’affichage, un problème de software" , explique la porte-parole de Bart Dhondt. Une réunion aura lieu ce jeudi matin avec l’entreprise en charge de la gestion des horodateurs " pour résoudre le souci".

Concernant le remboursement réclamé par le PTB, l’échevinat rejette la piste, jugée exagérée. " Ce n’est pas une arnaque. Le prix est clairement affiché au moment de payer ", indique le cabinet.